international

Cité dans les «Pandora Papers», Pierre Goudiaby Atépa assume et s’explique

Des Sénégalais sont épinglés dans l’enquête des Pandora Papers. Parmi eux, l’architecte Pierre Goudiaby Atépa. Il est cité dans une «sulfureuse liaison russe» dans le secteur minier au Niger.
Ce dimanche 10 octobre, le mis en cause a asséné ses vérités face à ces accusations. Il ne nie pas les faits. Il assume tout. Atépa s’explique sur sa page Facebook.
«Je ne peux donc pas comprendre qu’on puisse citer le nom d’un Africain qui décide d’investir dans un autre pays africain de l’argent gagné honnêtement et dont l’origine est traçable à tout moment. Aucun élément constitutif de l’évasion fiscale n’est ici présent. Aucun élément constitutif de la dissimulation n’est également présent, l’utilisation par exemple de sociétés-écrans.»
«Je signale, par ailleurs, qu’il n’y a pas qu’au Niger que j’ai réalisé des investissements, au vu et au su de tout le monde.»
«Les ‘’Pandora Papers’’ révèlent donc que j’ai fait l’acquisition de blocs miniers au Niger à travers mon entreprise Atepa Group Russia. Première question : le Niger est-il un paradis fiscal ? Posons-nous d’autres bonnes questions :
1. S’il y avait une intention quelconque de dissimulation, la société ne porterait pas dans sa dénomination le nom «ATEPA» ;
2. Pourquoi un Russe peut créer une société en Afrique et un Africain ne le pourrait pas en Russie ?
3. Que la firme française AREVA puisse avoir un périmètre d’exploitation au Niger ne dérange personne, mais pourquoi des blocs achetés à côté par un entrepreneur sénégalais devraient-ils être l’objet de scandale ? »

Laisser un commentaire