A L uneACTUALITESinternational

L’astronaute français Thomas Pesquet et son équipage de retour sur Terre après un amerrissage réussi

This handout picture taken on June 19, 2020, and obtained on July 27, 2020, from NASA shows SpaceX Crew-2 ESA astronaut Thomas Pesquet during ISS EVA Maintenance 2 training at the Neutral Buoyancy Laboratory (NBL) in Houston, Texas, ahead of the International Space Station (ISS) mission "Alpha" planned for the Spring of 2021. (Photo by Bill STAFFORD / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / NASA / Bill STAFFORD" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Ainsi s’achève la nouvelle mission dans l’espace de sa carrière : le Français Thomas Pesquet est rentré sur Terre dans la nuit de lundi 8 à mardi 9 novembre, après un séjour de six mois en orbite dans la Station spatiale internationale. L’aventure s’est conclue par un amerrissage réussi à bord d’un vaisseau de SpaceX au large des côtes de Floride, notamment avec les trois autres astronautes et le matériel issu d’expériences scientifiques.

Une comète incandescente est apparue cette nuit dans le ciel de Floride. En entrant dans l’atmosphère, la capsule Dragon formait une immense boule de feu, rapporte notre correspondant à Miami, David Thomson. Moins d’une minute plus tard, le « splashdown », l’amerrissage dans les eaux calmes du golfe du Mexique, sous les hourras des ingénieurs en salle de contrôle.

« C’est bon d’être de retour sur Terre ! »

La capsule Dragon de SpaceX, qui transportait également trois autres astronautes, a été freinée dans sa vertigineuse descente par l’atmosphère terrestre, puis par d’immenses parachutes. Elle a amerri à l’heure prévue, 03H33 TU (4h33, heure de Paris). « C’est bon d’être de retour sur Terre ! », a lancé un des astronautes à la radio. La capsule conique a ensuite été hissée sur un bateau… Après 198 jours en orbite, sa trappe s’est enfin ouverte. À l’intérieur : Thomas Pesquet, tout sourire, fait le signe de la victoire. L’astronaute de 43 ans a passé quelque 200 jours en apesanteur. « Une fierté d’avoir représenté la France une nouvelle fois dans l’espace ! », avait tweeté quelques heures avant le départ Thomas Pesquet qui, par ses abondantes publications sur les réseaux sociaux, a offert à des millions de personnes un goût de la vie en orbite. « La prochaine fois, la Lune ? », avait-il lancé.

► À lire aussi : Le journal de bord de Thomas Pesquet sur RFI

Thomas Pesquet est rentré avec les autres membres de la mission Crew-2 : le Japonais Akihiko Hoshide et les Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur. Ils étaient arrivés à bord de la Station spatiale internationale (ISS) le 24 avril.

Il a quand même fallu sortir l’équipage sur des brancards, car après six mois en apesanteur, chaque mouvement est une épreuve.

Golfe du Mexique, le 9 novembre: après six mois d'apesanteur, les astronautes vont devoir se remuscler. Ils leur a fallu de l'aide pour sortir de la navette et des fauteuils roulants, comme Thomas Pesquet, commandant de la mission sur cette photo.
Golfe du Mexique, le 9 novembre: après six mois d’apesanteur, les astronautes vont devoir se remuscler. Ils leur a fallu de l’aide pour sortir de la navette et des fauteuils roulants, comme Thomas Pesquet, commandant de la mission sur cette photo. AP – Aubrey Gemignani

La deuxième phase de la mission de Thomas Pesquet débute

L’astronaute français va subir maintenant une batterie de tests et d’examens, rappelle Simon Rozé, du service Sciences de RFI. D’abord à Houston, pour vérifier qu’il va bien, puis à Cologne, au Centre européen des astronautes, sa base qu’il va rejoindre dans la soirée. Il est prévu qu’il y reste trois semaines : biopsies, prises de sang, examens oculaires… Thomas Pesquet va être étudié sous toutes les coutures.

Le but, c’est encore et toujours de comprendre les effets de la microgravité sur l’organisme humain. Les scientifiques avaient prélevé des échantillons avant la mission et Thomas Pesquet en a prélevé pendant. Maintenant, il va falloir comparer les échantillons afin d’étudier comment son organisme se remet en état de marche. C’est un processus qui peut prendre plusieurs semaines. Il va aussi falloir s’habituer à nouveau à la gravité terrestre, et cela, outre les piqûres, ce n’est pas la partie la plus agréable du bilan.

La mission Alpha n’est donc pas réellement terminée : si sa composante spatiale a pris fin, il reste encore du travail…

Puis l’astronaute prendra enfin un peu de vacances. Les premières « depuis de nombreux mois », avait-il dit vendredi lors d’une conférence de presse. « J’ai même l’impression que ça fait des années », avait-il ajouté, qualifiant la mission écoulée de « très, très intense ».

NewsletterRecevez toute l’actualité internationale directement dans votre boite mail

► À lire aussi : Dans le « cockpit » de la Station spatiale internationale

Thomas Pesquet, nouveau record européen du temps passé en dehors de la station

Une mission intense durant laquelle Thomas Pesquet a fait tout ce qui lui incombait, et bien, de l’avis général. Durant son séjour en orbite, il a effectué pas moins de quatre sorties extra-véhiculaires (« EVA »), en dehors de la station, notamment pour installer de nouveaux panneaux solaires, ce qui lui a permis de battre le record européen. Il a également mené de nombreuses expériences scientifiques, car il ne faut pas oublier que l’ISS est avant tout un laboratoire scientifique où on fait de la recherche, fondamentale, le plus souvent.

Crew-2 est la deuxième mission régulière assurée par SpaceX pour le compte de la Nasa. L’entreprise a permis à l’agence spatiale de reprendre les vols depuis le sol américain, après l’arrêt des navettes spatiales en 2011.

L’équipage de Crew-2 rentre sur Terre avant l’arrivée à bord de l’ISS de leurs remplaçants, quatre astronautes de Crew-3, dont le décollage à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX a été plusieurs fois retardé, notamment à cause de la météo. Il aura finalement lieu mercredi à 21H03, heure locale (02H03 GMT, soit 03h03 heure de Paris jeudi 11 novembre) depuis le centre spatial Kennedy en Floride.

Laisser un commentaire