A L uneACTUALITESSports

Mamadou Koumé rappelle, dans un livre, la contribution de Ouakam à l’équipe nationale de football

Le journaliste Mamadou Koumé rappelle, dans un livre, l’importante contribution de Ouakam à l’équipe nationale de football du Sénégal, dans laquelle ce village relié à la capitale sénégalaise comptait un joueur, Assane Ndiaye, dit Mbasse, dès le premier match international des Lions.

L’ancien reporter sportif vient de publier ‘’La Saga de l’équipe nationale de football’’ (260 pages), chez L’Harmattan Sénégal. Cet ouvrage, qu’il considère comme ‘’un document’’ de l’histoire du football national, a été présenté à la presse, mardi, à Dakar.

Assane Ndiaye, dit Mbasse, faisait partie de la sélection nationale sénégalaise qui a joué le premier match international du pays, le 5 novembre 1961, à Bathurst, la ville qui s’appellera plus tard Banjul, capitale de la Gambie. Il venait de Ouakam, un village relié à Dakar, dans lequel se trouvent plusieurs camps militaires, a tenu à rappeler Koumé, qui a passé, lui-même, une bonne partie de sa jeunesse à Ouakam.

‘’C’est le premier joueur international ouakamois, suivi quelques années plus tard, par Oumar Samb Guèye, joueur du Foyer de Casamance, région où il a servi comme enseignant. Guèye disputa la première CAN jouée par le Sénégal en 1965, en Tunisie. Le Ouakamois réintègre, après son séjour casamançais, l’US Ouakam’’, écrit l’auteur de ‘’La Saga de l’équipe nationale de football’’.

Saliou Cissé, dit Chita, sera le successeur ouakamois de Mbasse en équipe nationale. ‘’L’élégant milieu de terrain intègre l’équipe nationale en 1967 et fut sélectionné en 1968 pour la CAN en Ethiopie’’, raconte l’ancien reporter sportif du quotidien Le Soleil, précisant qu’‘’à l’époque, quelques joueurs furent appelés sans être intégrés’’ à la sélection nationale.

Le nombre de Ouakamois parmi les Lions du Sénégal ira ensuite crescendo, après l’arrivée de Chita, l’actuel entraîneur de l’équipe nationale de beach soccer. Ibrahima Ndiaye, dit Chita 2, a porté le brassard de capitaine de l’équipe sénégalaise. Il y est arrivé au même moment que Médoune Mar et Mansour Wade, un emblématique gardien de but du Sénégal. Médoune Mar, Mansour Wade et Chita 2 ont passé plusieurs saisons à l’AS Police.

Wade, lui, a évolué au Gabon, avant d’assurer, plus tard, la préparation des gardiens Tony Sylva et Oumar Diallo, à la CAN et à la Coupe du monde 2002. La génération de Chita 2 a passé le témoin ‘’aux enfants de la première génération d’internationaux et neveux de la deuxième génération’’, se souvient Mamadou Koumé, ancien directeur général de l’APS (2000-2010).

Il cite Mamadou Diallo Seybani, Daouda Ndaw, Amadou Ndiaye Zamadou, les frères Ousseynou et Assane, Badara Sène, Pape Malickou Diakhaté, Nguirane Ndaw et Baye Oumar Niasse parmi les joueurs de Ouakam qui ont servi la sélection nationale. Koumé aurait pu ajouter les défenseurs Alpha Ba et Pape Latyr Ndiaye, qui ont été souvent appelés par Amara Traoré, le sélectionneur des Lions du Sénégal, de 2009 à 2012.

Ba, qui a déroulé sa carrière professionnelle en Belgique, avec Genk, n’a joué que quelques minutes d’un match des éliminatoires de la CAN 2012, contre la RD Congo. Les Lions avaient battu les Congolais (4-2). Pape Latyr Ndiaye, lui, a été sélectionné pour la CAN 2012, mais il n’a joué aucun match. L’US Ouakam peut s’enorgueillir d’avoir Mamadou Loum Ndiaye, aujourd’hui, comme représentant en équipe nationale.  Finaliste de la CAN des U20 en 2015, actuel milieu de terrain du Deportivo Alaves (Espagne), Ndiaye n’a pas fait de vieux os chez les Ouakamois. Il est allé au Portugal après la Coupe du monde des U20, en 2015, en Nouvelle-Zélande. Le Sénégal y était conduit par Joseph Koto, décédé en octobre dernier. Il avait été éliminé en demi-finale.

Après plusieurs saisons passées au Portugal (Braga, FC Porto), le jeune milieu de terrain sollicité régulièrement par Aliou Cissé – même s’il tarde à s’imposer – a rejoint le Deportivo Alaves au cours de cette saison. Il est prêté au club espagnol. Cette importante contribution de Ouakam à l’équipe nationale fait croire à Mamadou Koumé que ‘’l’amour des Ouakamois pour le football est impressionnant’’. ‘’Ils ont un lien extraordinaire avec le football’’, témoigne-t-il, louant aussi la passion des habitants de ce village pour ‘’la littérature liée au football’’. ‘’C’est dans ce village lébou que j’ai été initié à la lecture des journaux spécialisés’’, s’est souvenu Koumé, parlant de Ouakam, dont l’équipe fanion évolue depuis 2018 en Ligue 2 sénégalaise.

 

Avec APS

Laisser un commentaire