A L uneACTUALITESFAITS DIVERS

1,7 milliard saisi à la frontière Sénégalo-malienne: une simple tentative d’exportation frauduleuse de fonds !

L’affaire de la saisie de 1 milliard 700 millions de francs à la frontière sénégalo-malienne, dont certains avaient fait toute une montagne, risque d’accoucher d’une…souris. Car, à l’arrivée, les douaniers n’ont retenu qu’une simple tentative d’exportation frauduleuse de fonds de la part de certains commerçants sénégalais et maliens qui voulaient contourner l’embargo de la Cedeao. Ils vont pouvoir transiger pour récupérer leur argent après avoir acquitté une amende douanière. C’est ce qu’a appris en exclusivité le journal « Le Témoin ».

 

Face à la volonté des militaires de s’éterniser au pouvoir, les chefs d’État de la sous-région ont imposé un embargo économique contre le Mali. Donc pour les commerçants sénégalais et maliens, tous les voies et moyens sont bons pour contourner ce blocus. Ce afin de pouvoir aller acheter des marchandises au Mali avant de les faire venir au Sénégal. Ce, à leurs risques et périls !

Justement c’est dans ce cadre que des éléments du commissariat spécial de Kidira ont effectué une saisie de près de 1,7 milliard Cfa. Elle a été effectuée sur trois individus dont un (01) Sénégalais et deux (02) Maliens, en provenance de Dakar et qui tentaient de rallier le Mali. Une fouille minutieuse de leur véhicule a permis de trouver dans sa malle arrière trois valises contenant cette importante somme d’argent. Si les policiers ont eu l’excellent réflexe — signe de leur grande vigilance —, de saisir cette manne financière, il reste que les trois hommes n’ont en réalité commis aucune infraction douanière. Car, en zone franc Cfa (Mali, Côte d’Ivoire, Sénégal etc.), la libre circulation des personnes et des biens ainsi que des marchandises et des fonds (Cfa) est permise et autorisée.

Mieux, les fonds saisis ne sont pas des devises comme des dollars ou des euros, mais des francs Cfa. Mais si la police des frontières a fait son travail, le parquet du Tribunal de Tambacounda fait montre d’un excès de zèle ! Car, nous renseigne-t-on, le procureur voulait coûte que coûte exhiber les fonds saisis comme trophée de guerre et faire payer cher les convoyeurs ! Or, après enquête, il est apparu que l’argent que voulaient faire sortir les deux ma- liens et notre compatriote n’était ni destiné à faire du blanchi- ment, ni à financer une guerre, mais plutôt à acheter des marchandises en zone franc Cfa. Ce dans un contexte d’embargo où aucune transaction bancaire en direction ou en provenance du mali n’est possible.

Seulement voilà, du fait justement du blocus, les convoyeurs tombent sous le coup d’une tentative d’exportation frauduleuse de fonds dès lors que la Cedeao veut étouffer économiquement le Mali. Mais on apprend que les choses devraient s’arranger puisque les mis en cause vont pouvoir transiger pour récupérer leur argent après avoir payé une amende.

Laisser un commentaire