A L uneACTUALITESinternational

Guerre en Ukraine. Le sort du Donbass en jeu à Sievierodonetsk… Le point sur la nuit

Les combats font rage à Sievierodonetsk à l’aube de ce jeudi 9 juin 2022 où les soldats ukrainiens livrent l’une des « batailles les plus difficiles » depuis le début de la guerre. Ils tentent de résister aux forces russes qui contrôlent désormais une grande partie de cette ville clé de l’est de l’Ukraine. Pour Volodymyr Zelensky, c’est « là-bas » que se joue « le sort » de la région du Donbass. Le point sur la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 juin 2022.

« Le sort de notre Donbass se décide là-bas ». Dans sa traditionnelle  allocution nocturne, dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 juin 2022, Volodymyr Zelensky a dénoncé la violence des combats à Sievierodonetsk. À l’aube du 106e jour de conflit , les combats font rage dans cette ville clé de l’est de l’Ukraine.

Depuis la chute de Marioupol  le 20 mai dernier, l’armée russe concentre ses forces sur cette ville qui comptait avant la guerre quelque 100 000 habitants. Leur objectif : prendre le contrôle total du bassin minier du Donbass. Contraintes de se replier après des frappes aériennes russes, les forces ukrainiennes ne contrôlent plus que la périphérie de la ville.

 

Sievierodonetsk « en grande partie » contrôlée par les Russes

« Nous défendons nos positions, en infligeant des pertes importantes à l’ennemi. C’est une bataille très dure, très difficile, probablement une des plus difficiles de cette guerre », a assuré Volodymyr Zelensky.

Les forces de Moscou « contrôlent une grande partie de Sievierodonetsk. La zone industrielle est encore à nous, il n’y a pas de Russes là-bas. Les combats se déroulent uniquement dans les rues à l’intérieur de la ville », a affirmé sur Telegram Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk. « Les Russes tirent sur tout, ils détruisent toutes les maisons de Sievierodonetsk, avec des tanks, de l’artillerie. Ils tirent sur la zone industrielle aussi, mais les combats sont en cours, nos gars résistent dans les rues », a-t-il poursuivi.

Selon le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandr Motouzianyk, l’armée russe a engagé à Sievierodonetsk jusqu’à dix fois plus de matériel que celui dont dispose l’armée ukrainienne pour défendre la ville.

Quatre civils tués, des écoles et hôpitaux visés dans le Donetsk et le Luhansk

La ville voisine de Lyssytchansk est, elle, entièrement contrôlée par l’armée ukrainienne mais subit des bombardements « puissants et chaotiques », a également indiqué Serguiï Gaïdaï. Le gouverneur accuse les forces russes de viser « délibérément » les hôpitaux et les centres de distribution d’aide humanitaire. « Ils tirent avec du gros calibre, les destructions sont énormes », a-t-il dit.

Pavlo Kyrylenko, gouverneur de la région de Donetsk, a déclaré que la situation dans ces deux oblasts était toujours « difficile » car la ligne de front est constamment sous le feu russe. Deux écoles ont été touchés par des missiles russes, l’un des établissements est situé à Bakhmut. Quatre civils ont été tués dans la journée du 8 juin et six autres ont été blessés, rapporte  The Kyiv Indepebdant.

Des chars russes déployés près de Zaporizhzhia ?

Le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandr Motuzianyk, a rapporté qu’une trentaine de chars russes T-62 avaient été déployés à Vasylivka, un village situé à environ 35 kilomètres au sud de Zaporizhzhia, selon des informations de l’agence de presse ArmyInform.

Guerre en Ukraine : selon vous, Emmanuel Macron doit-il se rendre sans tarder à Kiev ?

Des centaines de corps découverts à Marioupol

De nouveaux cadavres ont été découverts dans la ville martyre de Marioupol. S’exprimant sur Telegram, Petro Andriouchtchenko, un adjoint au maire de la ville désormais occupée par les Russes, a fait un état d’un bilan humain sans fin. Selon lui, entre 50 et 100 corps sont retrouvés sous les décombres de deux immeubles sur cinq.

Le corps de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste tué en Ukraine, rapatrié à Paris

Le corps de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste de BFMTV tué en Ukraine le 30 mai dernier, a été  rappatrié à Paris  dans la nuit du 8 au 9 juin 2022. Un moment de recueillement a eu lieu sur le tarmac de l’aéroport du Bourget.

« Une vague sans précédent de faim »

Lles conséquences de la guerre continuent de s’aggraver dans le monde, tant sur le plan financier et alimentaire qu’énergétique, touchant 1,6 milliard de personnes, a alerté mercredi le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres : « l’impact de la guerre sur la sécurité alimentaire, l’énergie et les finances est systémique, grave et s’accélère ».

« Pour les populations du monde entier, la guerre menace de déclencher une vague sans précédent de faim et de misère, laissant dans son sillage le chaos social et économique », a averti M. Guterres. « Il n’y a qu’un seul moyen d’arrêter cette tempête qui se prépare : l’invasion russe de l’Ukraine doit cesser ».

Le blocage des ports ukrainiens par la flotte russe de la mer Noire – à commencer par celui d’Odessa, principal port du pays – paralyse ses exportations de céréales, notamment de blé, dont elle était avant la guerre en passe de devenir le troisième exportateur mondial.

Des pays africains et moyen-orientaux sont les premiers touchés et craignent de graves crises alimentaires. Quelque 20 à 25 millions de tonnes sont actuellement bloquées, des quantités qui pourraient tripler d‘« ici l’automne » pour atteindre 75 millions de tonnes, selon le président ukrainien.

Laisser un commentaire