A L uneACTUALITES

Affaire du TF 1451/r:Les responsables de la communauté léboue:« aucun mètre carré ne sera cédé »

Les responsables de la communauté léboue mettent leurs mains à la pâte du TF 1451/R. Aussi, ont-ils dénoncé en conférence de presse des manœuvres tous azimuts pour extorquer des titres sur le TF 1451/R. Non sans manquer d’avertir et de se dire prêts pour le combat : « aucun mètre carré ne sera cédé », et d’inviter ceux qui s’agitent à s’en prendre à la SN-HLM.

Ce n’est pas encore le dénouement dans le dossier du TF 1451/ Pour cause, les membres de la communauté leboue de Rufisque s’érigent en boucliers des héritiers de la famille feu Ousmane Mbengue. Les responsables de la collectivité ont ainsi fait une sortie dans la semaine écoulée pour « faire une mise au point » après que le collectif des attributaires des HLM est sorti pour attaquer les propriétaires et ayants droit. La collectivité léboue de Rufisque a réaffirmé par conséquent son soutien aux héritiers Mbengue et s’est dit prête à aller au front pour défendre le bien de ses membres. Pour eux, en matière de rebondissements, il n’en est rien, ce sont plutôt des manœuvres qui sont en train d’être menées pour accorder des titres de propriété sur le site en question, au profit des personnes qui avaient cacheter des parcelles auprès des HLM. Pour le grand Jaraaf du Cap-Vert et secrétaire général du conseil des notables lébous du grand Cap-Vert, c’est « tout un scénario de concussion, de détournement, d’accaparement et d’enrichissement illicite au grand dam du Sénégal et de la famille ». Et Mamadou Diop Thioune Baye Khaly de lancer : « Cette rencontre est la suite logique des attaques dirigées contre les Lébous pour le seul tort d’avoir réclamé leur droit de propriété. Nous avons été surpris de constater que le collectif des Hlm, au lieu de s’en prendre aux Hlm pour n’avoir pas versé leurs papiers, pour n’avoir pas fourni les titres de propriété, pour n’avoir pas satisfait leurs attentes, se sont dirigés par succession de paroles, contre les Lébous et contre la famille », a-t-il dénoncé.

Ce qui appelle pour lui une riposte, tout en dénonçant des complicités dans certaines sphères de l’Etat. « Nous répondrons à leurs attaques et à leurs menaces. Nous disons que nous n’avons pas peur de la guerre. Si la complicité agissante de l’Etat, qui se manifeste à ce jour pour n’avoir pas agi et tranché, est aujourd’hui à leur avantage jusqu’à ce qu’ils se permettent de nous attaquer, hé bien toute la communauté léboue, par ma voix autorisée, se déclare prête à ce conflit et à cette confrontation », fait noter le grand Jaraaf du Cap-Vert. Les membres de la famille, soutenus par la communauté léboue, se disent prêts à aller au combat, quoi que cela puisse leur coûter mais ils ne céderont aucun mètre carré de leur propriété. Et pour eux, personne ne réussira à leur usurper leur bien, car ils ont le droit de leur côté et sont prêts à aller jusqu’à un arbitrage international « Nous ne céderons aucun mètre carré de la propriété léboue à qui que se soit. Cette position est non négociable. Si nous devons avoir un arbitrage international, nous nous référons à la convention du 23 Juin 1905 qui fait du Cap-Vert, une autonomie foncière, une autorité coutumière, traditionnelle et cultuelle et l’appropriation des terres reste certifiée par le décret 32-26 du 26 Juillet 1932. Ce qui fait que Senghor n’a pas réussi à soustraire nos terres, Abdou Diouf ne l’a pas réussi, Abdoulaye Wade idem. Je pense que nous ne laisserons pas le régime de Macky Sall prendre nos terres sans réaction », avertit Mamadou Diop Thioune.

Pour le porte-parole de la collectivité, les membres du collectif des HLM n’ont qu’à se tourner vers leur partenaire qui leur a vendu des parcelles qui se situent dans une propriété foncière privée. « Au lieu de s’attaquer aux Hlm qui est aujourd’hui indexée d’avoir détourné des terres, au grand dam de l’Etat, parce que les terres dont le 1451/R, ne sont pas sous le contrôle de l’agent judiciaire de l’Etat », leur a lancé le porte-parole des Lébous.

Laisser un commentaire