Non classé

Bill Gates et les OGM/ Mamadou Alpha Diallo, consultant en agro-industrie:«Les cultivateurs ne comprennent pas l’utilisation des Ogm qui ont des conséquences néfastes…»

L’Assemblée nationale a adopté, le 03 juin dernier, en procédure d’urgence, le projet de loi n°08-2022 portant sur la biosécurité. Laquelle loi, votée sans débat par les députés, abroge celle n°2009-27 du 8 juillet 2009 régissant l’usage des Organismes génétiquement modifiés (Ogm).

Cette nouvelle loi, alerte Mamadou Alpha Diallo, consultant en agro-industrie, comporte des conséquences néfastes sur la vie des consommateurs sénégalais. Selon lui, cette présente loi lève ce blocus sur l’interdiction par l’article 18 de la loi 2009-27 de l’introduction des Ogm dangereux au Sénégal.

Le ministre de l’Environnement qui l’a défendue, soutient-il, déclare que le Sénégal doit se conformer à ses engagements internationaux, notamment le protocole de Cartagène et celui de Nogayo-Kualalumpour. «Alors que le dernier protocole n’a pas été ratifié par le Sénégal. C’était en 2010. Pourquoi attendre cette année pour se conformer ? La loi n’est pas bonne. L’introduction des Ogm dans notre pays peut causer des maladies cancérigènes, des Avc, des fausses couches, des cancers du sein et de l’utérus chez les femmes», révèle-t-il.

D’après Mamadou Alpha Diallo, cette loi profite à l’Ong Bill and Mélinda Gates. Elle permet à Bill Gates d’accéder au marché sans contrainte. «Il est l’investisseur et la société lui appartient. Il a produit des semences issues des Ogm au Burkina Faso, au Brésil, en Argentine. En Inde, les populations n’ont pas vu de résultats. Les Ogm ont créé des dégâts dans ce pays. C’est une violation des articles 19, 20, 32 à 37 de la loi n°2009-27 du 8 juillet 2009. L’introduction des Ogm doit passer par l’Autorité nationale de la biosécurité (Anb). Alors qu’aucune notification n’a été validée depuis 2015 par le directeur de la structure», précise-t-il. «Les cultivateurs ne comprennent pas l’utilisation des Ogm qui ont des conséquences néfastes. Les initiateurs de cette loi veulent monopoliser le secteur de l’agriculture. Leurs semences ne sont pas reproductibles. Nous déplorons le vote de cette loi et réclamons son abrogation», lance le producteur agricole, Aliou Lô.

source;walf-group

Laisser un commentaire