A L uneACTUALITESPOLITIQUE

Accord trouvé entre la direction Générale de l’Institution de Prévoyance Retraite du Sénégal (Ipres) et les Travailleurs sur…

Le Conseil d’administration de l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres) et les travailleurs ont acté des points d’accord. Il s’agit notamment de plusieurs indemnités, notamment celles du Covid et du risque médical qui concernent particulièrement les agents des Centres médico-sociaux (Cms) de l’institution.

L’Ipres est d’ailleurs la seule institution africaine de prévoyance sociale à accorder gratuitement une prise en charge sanitaire et sociale à ses 140 000 allocataires. Une décision qu’elle supporte malgré les injonctions répétées de la Cipres, l’organisation faîtière des institutions sociales du continent. Cette mesure à caractère social coûte annuellement près de 4 milliards à l’institution. Au final et avec l’implication personnelle du Pca, toutes les indemnités ont été payées au personnel. Pour les autres points de revendication, le Conseil d’administration a mandaté son vice-président Mody Guiro pour poursuivre les négociations avec les travailleurs afin de trouver des solutions structurelles à même de ramener la sérénité au sein de la boîte.

De même, une commission mixte composée de représentants de la Direction générale, des syndicats et du Conseil d’administration poursuivra aussi la réflexion, notamment pour ce qui concerne un meilleur déploiement du capital humain de qua¬lité dont regorge L’Ipres.

Tout est bien qui finit bien dans cette institution sociale qui est en pleine phase de mise en œuvre du Grand Projet de modernisation et d’harmonisation des systèmes d’information (Ndamli), un projet numérique de grande envergure qu’elle partage avec l’institution sœur la Caisse de sécurité sociale. À terme, avec le déploiement complet de ce projet novateur récemment primé au Maroc comme meilleur projet informatique africain de Prévoyance sociale, il sera possible par exemple de procéder à la liquidation d’une pension en 48 heures maximum au lieu du délai actuel de 45 jours.

De plus, ce projet est une aubaine pour les entreprises sénégalaises qui auront le loisir d’avoir L’Ipres et la Caisse de sécurité sociale en version entièrement numérique et il est désormais possible de se faire immatriculer et de faire ses déclarations sociales en ligne. En outre, ce projet permettra aux deux institutions sociales de lutter efficacement contre le fléau de l’évasion sociale qui leur faisait perdre beaucoup d’argent à cause du vieux système dit manuel.

Ce projet Ndamli plonge littéralement L’Ipres et la Caisse de sécurité dans une véritable révolution numérique avec l’appui technique de l’intégrateur international Catalyst dont le système Oracle, leader mondial des bases de données, est connu pour sa qualité, son efficacité et son efficience.

source:leral

Laisser un commentaire