A L uneACTUALITESPOLITIQUE

Renope / «Contribution aux dialogues sur les politiques de gestion des ressources maritimes et côtières du Sénégal, de la Guinée Bissau et du Cap Vert»

Le Réseau national des Organisations communautaires de la Protection de l’Environnement (Renope) a organisé un atelier sous régional dans le cadre du projet intitulé : «Contribution aux dialogues sur les politiques de gestion des ressources maritimes et côtières du Sénégal, de la Guinée Bissau et du Cap Vert». La Gambie, la Mauritanie, la Guinée Bissau et la Guinée Conakry ont pris part à ce rendez-vous, qui s’est déroulé les 22 et 23 octobre dernier, à Dakar. Cette rencontre est destinée à permettre aux communautés des différents pays de partager leurs expériences dans la préservation, la promotion de l’environnement et le développement durable.

Les environnementalistes ne désarment pas. Pour cause, dans le cadre du projet Intitulé : «Contribution aux dialogues sur les politiques de gestion des ressources maritimes et côtières du Sénégal, de la Guinée Bissau et du Cap Vert», le Réseau national des Organisations communautaires de la Protection de l’Environnement (Renope) a tenu un atelier sous régional les 22 et 23 octobre dernier, à Dakar. Quatre pays de la sous-région ont participé à cet événement. Il s’agit de la Gambie, la Mauritanie, la Guinée Bissau et la Guinée Conakry. Cette rencontre vise à permettre aux communautés des différents pays de partager leurs expériences dans la préservation, la promotion de l’environnement et le développement durable. Venu présidé la cérémonie d’ouverture l’atelier au nom du ministre de l’Environnement, du Développement durable et de la Transition écologique, le colonel Mamadou Sidibé a souligné que le Sénégal a «changé de paradigme» dans le création des aires protégées, comme dans la gestion de celles-ci. «Maintenant, nous parlons de gestion partagée, qui est utile et nécessaire entre le légitime (incarnée par la population, Ndlr) et la légalité (incarnée par l’État, Ndlr). Le fait d’allier d’une manière très intelligente ces deux pratiques, nous a mené aujourd’hui à la création des aires marines communautaires protégées, mais avec une gestion partagée où l’État apporte sa contribution à la communauté pour mieux gérer les ressources marines et côtières protégées. L’Etat ne crée plus, ce sont les communautés qui désignent les parties à conserver et l’État les accompagne dans ce sens, en renforçant le statut de conservation», a précisé le directeur des Aires marines communautaires protégées. Ce projet du Renope est financé à hauteur de 50 millions de francs CFA par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) via le Programme de Microfinancement du Fonds pour l’Environnement mondial (PMF/FEM), mais aussi la fondation MAVA.

À l’échelle nationale, ce programme a pour objectif de renforcer les dynamiques communautaires de gestion conservatoire des écosystèmes naturels des différentes zones éco-géographiques du Sénégal, en particulier, les zones marines et côtières. L’objectif global de l’atelier est de renforcer le dialogue sous régional sur les politiques de gestion des ressources marines et côtières dans les pays du Sénégal, du Cap-Vert, de la Guinée-Bissau.

ÉCOSYSTÈMES SÉNÉGALAIS ET OUEST AFRICAINS VICTIMES DE MENACES MULTIFORMES

La zone côtière ouest africaine est marquée par la présence de nombreux sites d’hivernage et de reproduction de plusieurs espèces d’oiseaux d’eau, de mammifères et tortues marines et d’importantes ressources halieutiques. Toutefois, les écosystèmes y sont aujourd’hui menacés par différentes formes de pressions liées à la surpêche, à la construction d’infrastructures le long de la côte, au développement d’industries extractives en cours et les effets du changement climatique. Dans le cadre de la poursuite de la mise en œuvre de sa stratégie nationale de conservation de la biodiversité, le Sénégal a récemment créé de nouvelles Aires marines protégées (AMP) dans le delta du Saloum (Sangomar, Gandoul, …) et en Casamance (Niamone, Casa-Balantacounda).

source: sudQuotidien

Laisser un commentaire