A L uneACTUALITESinternationalPOLITIQUE

DIRECT. Guerre en Ukraine : Visite de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) dans les Sites Ukrainiens «Pour Contrôle la Matière Nucléaire »

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) se rendra « cette semaine » en Ukraine pour visiter des sites ukrainiens, au moment où le président russe, Vladimir Poutine, accuse Kiev de préparer une « bombe sale. » Le dirigeant ukrainien, Volodymyr Zelensky, a une nouvelle fois fait savoir que l’objectif était désormais la reconquête totale du territoire.

Vendredi 28 octobre

06h27 TU. « L’occupant devient un capitulateur, l’envahisseur devient un fugitif« , présage Volodymyr Zelensky.

Dans son adresse vidéo quotidienne, jeudi soir, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a fait une comparaison entre l’invasion russe et les précédents historiques.

« Le mal se termine toujours de la même façon. L’occupant devient un capitulateur. L’envahisseur devient un fugitif. Les criminels de guerre deviennent des accusés, l’agression devient une sentence. La destruction devient une réparation. L’équipement de l’ennemi devient une pièce de musée. Les exploits des grands-pères deviennent les victoires des petits-enfants. »

Il a également réitéré sa volonté de libérer entièrement le territoire ukrainien. « Le territoire capturé devient libre. Cela a toujours été le cas dans le passé, et ce sera certainement le cas dans le futur. Dans le futur de Kherson, du Donbass, de Louhansk, de la Crimée. »

05h00 TU. L’AIEA va visiter deux sites ukrainiens « cette semaine« .
L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) va visiter « cette semaine » deux sites ukrainiens à la demande de Kiev, selon un communiqué. Ce, au moment où le président russe, Vladimir Poutine, accuse l’Ukraine d’effacer les preuves de préparation d’une « bombe sale.«  »Les inspecteurs vont procéder à une vérification indépendante (…) pour détecter tout détournement de matière nucléaire« , a expliqué le directeur général de l’instance onusienne, Rafael Grossi.

Devant les journalistes, il a assuré que les conclusions de ces inspections seraient « très rapides« , de l’ordre de quelques « jours« .

L’Agence a réaffirmé, jeudi, avoir inspecté un des deux lieux « il y a un mois« , sans qu' »aucune activité nucléaire non déclarée n’y avait été trouvée. »

Malgré tout, « nous allons visiter à nouveau« , en cherchant d’autres types de matière, a précisé Rafael Grossi. « Normalement, nos inspections se concentrent sur de la matière nucléaire directe, uranium enrichi, plutonium, thorium. Dans ce cas, il a été mentionné certains isotopes, césium et strontium » qui auraient pu être « reconvertis. »

04h40 TU. La Russie s’exposerait à une « grande colère » si elle se retirait de l’accord de la mer Noire sur les céréales.
La Russie s’expose à « une grande colère » de la part de nombreux pays si elle se retire de l’accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, a prévenu, jeudi, le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken. Celui-ci arrive à échéance à la mi-novembre.

« Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour maintenir l’accord« , a-t-il poursuivi  lors d’un déplacement à Ottawa.

Le secrétaire d'État, Antony Blinken, et la vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, rencontrent des bénévoles au Café Ukraine, jeudi 27 octobre 2022, à Ottawa.

Le secrétaire d’État, Antony Blinken, et la vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, rencontrent des bénévoles au Café Ukraine, jeudi 27 octobre 2022, à Ottawa.
Blair Gable (AP)

L’accord dit de la mer Noire, signé le 22 juillet sous l’égide de l’ONU, a mis en place pour 120 jours des procédures pour permettre l’exportation des céréales ukrainiennes bloquées par la guerre.

Le secrétaire d’Etat a également tenu à saluer le travail des Nations Unies dans la signature de cet accord et les effets bénéfiques qu’il a eu à travers le globe, notamment dans « les pays du Sud, en Afrique, en Asie et ailleurs où le besoin s’en faisait cruellement sentir« .

04h30 TU. Washington réfute les accusations russes concernant un prétendu développement d’armes biologiques en Ukraine.

Les accusations de la Russie sur l’implication de Washington dans le développement présumé d’armes biologiques en Ukraine sont « une pure invention« , a déclaré, jeudi, l’ambassadrice américaine, Linda Thomas-Greenfield, devant le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU).

« Nous savons tous que ces affirmations sont une pure invention, mise en avant sans l’ombre d’une preuve, a-t-elle fait savoir. Mais je dois saisir cette occasion pour mettre les choses au clair: l’Ukraine n’a pas de programme d’armes biologiques (…) Les Etats-Unis n’ont pas de programme d’armes biologiques. »

Laisser un commentaire