A L uneACTUALITESPOLITIQUE

Journée Mondiale du diabète : 24 millions d’Adultes vivent Actuellement avec le diabète Selon l’OMS

Comme chaque année, la communauté internationale a célébré la Journée mondiale du diabète hier, lundi  14 novembre, pour sensibiliser le grand public à la charge croissante de cette maladie et aux stratégies que l’on doit mettre en œuvre pour prévenir et faire face à la menace qu’elle représente. 

Selon l’Oms, 24 millions d’adultes vivent actuellement avec le diabète et l’on estime que ce nombre devrait augmenter de 129 % pour s’établir à 55 millions d’adultes d’ici à 2045. Le diabète sucré a provoqué 416 000 décès sur le continent l’année écoulée et devrait devenir l’une des principales causes de mortalité en Afrique d’ici à 2030. Des statistiques qui font froid sur le dos et qui font dire aux experts de l’Oms : « le diabète est la principale maladie non transmissible pour laquelle le risque de décès prématuré augmente plutôt que de diminuer ».

Parmi les facteurs de risque connus,  l’Oms a cité les antécédents familiaux et l’âge, tout comme des facteurs de risque modifiables tels que le surpoids et l’obésité, les modes de vie sédentaires, la mauvaise alimentation, le tabagisme et l’usage nocif de l’alcool. Malheureusement, elle a estimé que « ces facteurs de risque modifiables sont en augmentation dans tous les pays de la Région africaine de l’OMS ».

Les efforts de riposte sont quant à eux entravés, selon l’OMS, par le fait qu’en Afrique, plus d’une personne sur deux vivant avec le diabète sucré n’a jamais été diagnostiquée. L’un des domaines d’activité les plus urgents est d’élargir l’accès aux outils de diagnostic et aux médicaments, en particulier à l’insuline. « L’on estime que, s’il n’est pas maîtrisé et faute d’une prise en charge et d’un changement de mode de vie, le diabète peut entraîner plusieurs complications débilitantes pouvant aller d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral à une insuffisance rénale ou à une amputation des membres inférieurs, voire à une déficience visuelle, à la cécité et à des lésions nerveuses. À cela s’ajoute le fait que les personnes atteintes de diabète courent un plus grand risque de développer les symptômes graves de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) » a-elle renseigné. 

Lutte contre le diabète

En vue d’accélérer les progrès dans la lutte contre le diabète et d’autres maladies non transmissibles, l’Organisation mondiale de la Santé a élaboré le Pacte mondial de l’OMS contre le diabète. « La vision est de réduire les effets négatifs de la maladie et de veiller à ce que toutes les personnes atteintes de diabète aient accès à un traitement et à des soins équitables, complets, d’un prix abordable et de qualité » a-t-elle fait savoir. Il s’agit dès lors de  prévoir que 80 % des personnes atteintes de diabète soient diagnostiquées et bénéficient d’un bon contrôle de leur glycémie et de leur tension artérielle ; que 60 % des personnes âgées de plus de 40 ans reçoivent un traitement par statines ; et que 100 % des personnes atteintes de diabète de type 1 aient accès à l’insuline et à l’auto-surveillance de la glycémie à un coût abordable. Pour rappel, la journée mondiale du diabète est célébrée sur le thème : « Accès aux soins du diabète ».

Laisser un commentaire