A L uneACTUALITESinternationalPOLITIQUE

Lutte Contre le Cancer : « L’Afrique, c’est le Continent où demain les Plus Grands Problèmes de Santé Publique liés à la Science et à la Médecine, des Problèmes humanitaires, Economiques vont se Poser»

Prenant part à la 1ère Conférence africaine sur la réduction des risques en santé qui s’est tenue du 16 au 18 novembre 2022 à Marrakech, l’ancien président de l’Institut national du cancer de France, David Khayat a appelé les Etats africains à s’investir beaucoup plus dans la prévention pour lutter contre le cancer.

« L’Afrique, c’est le continent où demain les plus grands problèmes de santé publique liés à la science et à la médecine, des problèmes humanitaires, économiques vont se poser. Pour ce qui est ma spécialité, le cancer, 75% des morts par cancer dans les 20 prochaines années vont survenir dans les pays à eux tous font 5% du PIB mondial. C’est-à-dire ce sont les pays les plus pauvres qui, demain, vont avoir le plus lourd fardeau à porter pour le cancer. Or, force est de constater que l’Afrique n’est pas prête. Elle n’a pas les hommes. Elle n’a pas les structures, les appareils, les blocs et donc il est urgent qu’elle se prépare et plus encore qu’au lieu de se préparer uniquement à soigner qu’elle se prépare à éviter les maladies par la prévention », a fait savoir l’ancien chef du service d’oncologie médicale de l’hôpital la Pitié-Salpêtrière à Paris.

David Khayat pense qu’il faut changer de stratégies pour gagner le pari de la réduction des risques en santé. « Ça fait 50 ans qu’on essaie de dire aux gens : arrêtez de fumer, de conduire vite, de manger gras. Faites du sport. Est-ce qu’ils le font ? Pas du tout. Il y a 30 ans, il y avait un milliard de fumeurs dans le monde. Aujourd’hui, il y a toujours un million de fumeurs dans le monde. Alors l’idée de la réduction des risques, il faut constater la vérité. Les gens, ils font des bêtises et ils n’arrivent pas à s’empêcher de le faire. Alors, notre devoir à nous qui avons en charge la santé des populations, c’est se dire, on a essayé de faire changer le comportement, ils ne veulent pas, alors on va essayer de laisser faire leur comportement mais on va essayer de réduire les conséquences néfastes de ces mauvais comportements », a soutenu l’oncologue. Il a ainsi appelé à repenser les politiques de santé en « travaillant sur la prévention ».

Laisser un commentaire