A L uneACTUALITESPOLITIQUE

Adama Faye leader de Defar Sa Ngokh conteste la décision du Ministre de l’interieur Antoine Félix Diome

Le ministre de l’Intérieur récuse les couleurs  et les symboles de la coalition Défar sa Ngox.   Cela, à travers la lettre N°3378 du 01er décembre 2021.
Suffisant pour que Adama Faye, plénipotentiaire national de la coalition conteste la décision. « Monsieur le ministre de l’Intérieur, nous ne sommes pas surpris du contenu de votre lettre dans laquelle vous nous enlevez de force nos couleurs et nos symboles sans raisons objectives et sans bases juridiques valables. Dans cette dernière, vous insinuez que les couleurs et symboles de notre coalition Defar Sa Gokh ressemblent à ceux de votre coalition Benno Bokk Yakaar. En clair, vous signifiez que notre jaune soleil imite votre marron, que notre rouge bordeaux ressemble à votre beige et que notre mulet ailé ressemble à votre tête de cheval » écrit Adama faye dans la lettre de protestation.
 La coalition Defar sa Gox reproche au ministre de l’intérieur d’être juge et partie. «  La charge d’arbitrer en cas de ressemblance de couleurs vous revient mais il devrait s’agir d’un jugement propre, honnête, objectif et légal. Nous n’acceptons pas votre arbitrage et nous allons nous référer aux juridictions compétentes. Si le problème de ressemblance se pose entre deux partis politiques, alors la solution sera simple, la loi de la priorité revient de droit au parti le plus ancien parmi les deux, mais vous savez autant que nous que la durée d’existence légale d’une coalition de partis est bien définie et qu’elle est bornée, que la borne inférieure coïncide au jour de notification de cette dernière auprès du préfet ou sous-préfet et que la borne supérieure est le jour du vote des élections auxquelles la notification est relative. Vous savez aussi que dans toute l’étendue du pays, notre coalition Defar Sa Gokh a fait notifier son existence auprès de l’autorité bien avant votre coalition Benno Bokk Yakaar ».
« Une méthode pas du tout élégante »
 Par conséquent, il demande à BBY de changer ses couleurs si la ressemblance  est flagrante. « Si vous constatez qu’il y a ressemblance de couleurs et de symboles entre nos deux coalitions, alors vous, Benno Bokk Yakaar, changez les vôtres car la loi de priorité nous revient de droit. Pour vous rafraîchir votre mémoire M. le ministre puisqu’elle est courte, rappelez-vous le 25 octobre 2021, après que nous avions presque fini de notifier notre existence auprès de l’autorité et que vos agents de renseignements vous ont informé, au moment même que le président commençait à désigner ses mandataires, c’est à cet instant précis que vous avez lancé votre machine destructrice de notre coalition » dit-il.
Cela, ajoute Adama Faye, «  en donnant des ordres à l’autorité de bloquer notre liste, simultanément, le président de la république, son pochard de protocole Pape Samba Diop et son caïd et trotskiste directeur de cabinet Mahmoud Saleh ont entrepris une méthode pas du tout élégante en contactant plus de 300 de nos mandataires à travers le Sénégal leur demandant de trahir la liste de la coalition Defar Sa Gokh moyennant des sommes d’argent ou des postes de privilèges ou même allant jusqu’à proférer des menaces pour les récalcitrants ».
Et de préciser : « Sans corrupteurs, les corrompus n’existeraient jamais. M. le ministre de l’Intérieur, pensez au jour où tout sera fini, au jour où vous ne serez plus aux commandes sans protection étatique et que vous vous retrouvez seul face aux hommes à qui vous avez causé du tort. Chaque être humain a une attitude bestiale qui dort en son sein, donc ne la réveillez pas ».
S’agissant de la paix et la stabilité d’un pays,  il dira qu’elles résident en grande partie dans le comportement honnête, objectif, inclusif et patriotique de ses dirigeants. « Compte tenu de tous ces faits, je vous demande de revenir sur votre décision et sollicite la mise en place d’une commission paritaire plus réaliste et juste. Adama Faye, plénipotentiaire national de la coalition Defar Sa Gokh » conclut-il.

Laisser un commentaire