A L uneACTUALITESPOLITIQUE

Abdoul MBAYE:«Scandales tout azimut, les signaux d’une fin de règne»

Le vent ou plutôt l’ère de la gouvernance sobre et vertueuse s’éloigne de plus en plus. La multiplication des scandales au sommet de l’Etat actuellement rappelle à bien des égards le début de la fin du régime libéral.

Le signe indien. La multiplication des scandales au sommet de l’Etat, avec le trafic de passeports diplomatiques entre la présidence de la République, le ministère des Affaires Etrangères et l’Assemblée nationale, d’une part, et d’autre part, la corruption et les détournements dans la haute administration, sont de mauvais augure pour le pouvoir. D’habitude, ce sont des signes d’un règne finissant. Ainsi, on semble s’éloigner de la gouvernance sobre et vertueuse du régime en place. Les fondamentaux qui constituaient au début la force et la boussole du régime de Macky Sall s’étiolent petit à petit, au fur et à mesure qu’on avance. Le détournement de près de 5 milliards de francs Cfa au Trésor est certainement une première au Sénégal.

C’est comme si certains hauts fonctionnaires et certains responsables politiques qui gravitent autour du pouvoir avaient senti le vent tourner et qu’ils cherchent à s’enrichir le plus rapidement possible, par tous les moyens. L’ère de la gouvernance sobre et vertueuse semble s’éloigner.  «Les fins de règne ont en commun les scandales aussi gros que stupéfiants. Le Sénégal ne fera pas exception», affirme l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye. «Les remontées en surface de dossiers seront nombreuses et le fameux coude du Président qui les bloquait n’y pourra plus rien», poursuit-il.

Et l’histoire politique récente du Sénégal corrobore les propos du fondateur de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act). En effet, la fin du régime libéral était ponctuée de scandales les uns plus gros que les autres. A l’époque la presse s’en délectait et en faisait ses choux. Il ne passait pas un jour sans qu’on ne découvre un scandale impliquant des proches de Wade. L’Anoci, l’achat de l’avion présidentiel, etc. Mais le scandale le plus invraisemblable s’est déroulé en 2009, lorsque le président Abdoulaye Wade  a remis une mallette d’argent à Alex Segura, représentant du Fmi en fin de mission au Sénégal.

Le régime socialiste n’a pas non plus échappé à ce destin. Les responsables socialistes étaient régulièrement accusés de détournement avec notamment l’affaire des licences de pêche.

Laisser un commentaire