A L uneACTUALITESinternational

Direct Guerre en Ukraine : La demande ukrainienne de trêve pour la Pâques orthodoxe refusée par Moscou

Moscou reste sourde aux demandes de trêve à l’orée de la Pâques orthodoxe de Kiev. La Russie a d’ailleurs annoncé cette semaine viser maintenant le contrôle total du sud de l’Ukraine et de la région du Donbass. L’ONU a d’ailleurs réitéré ses accusations contre l’armée russe de « crimes de guerre ». C’est dans ce contexte que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a annoncé sa visite prochaine en Russie pour rencontre Vladimir Poutine, puis en Ukraine pour y voir Volodomyr Zelensky.

Tous les horaires sont donnés au format temps universel coordonné (UTC). Pour information, la France se situe dans le fuseau horaire UTC+2. 
11h37 TU. L’Ukraine annonce avoir repris trois localités proches de Kharkiv.

L’Ukraine a affirmé samedi 23 avril avoir repris trois localités proches de Kharkiv, deuxième ville du pays située dans l’est et régulièrement frappée par l’artillerie, tandis que l’armée russe continue à porter son effort dans le Donbass et dans le sud.

« Nos forces armées ukrainiennes ont réussi une contre-offensive lancée hier matin. Après de longs combats acharnés, nos unités ont délogé les troupes russes de Bezrouki, Slatine et Proudïanka », a déclaré sur Telegram Oleg Synegoubov, gouverneur de la région de Kharkiv. Parmi ces trois villages situés au nord de Kharkiv, Proudïanka, le plus septentrional, se trouve à une quinzaine de kilomètres de la frontière russe.

Oleg Synegoubov a également précisé que deux personnes avaient perdu la vie et 19 été blessés par les bombardements russes dans la région de Kharkiv au cours des dernières 24 heures.

Selon le porte-parole du ministère de la Défense ukrainien, Kharkiv reste « partiellement bloquée » par les forces russes, notamment présentes au nord-ouest et qui « renforcent leurs positions » au sud de la ville.

Selon la même source, les Russes ont poursuivi leurs offensives dans les districts d’Izioum et de Barvinkove pour « prendre le contrôle du réseau ferré ». L’armée russe tente dans cette zone, frontalière entre les régions de Kharkiv, de Donetsk et de Lougansk, d’encercler les positions fortifiées de l’armée ukrainienne dans le Donbass.

11h30 TU. Nouvelle tentative d’évacuation de civils depuis Marioupol.

Les autorités ukrainiennes devaient tenter à nouveau samedi 23 avril d’évacuer des civils depuis le port de Marioupol, en grande partie contrôlé par l’armée russe, selon la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk, alors que les frappes russes sur l’aciérie Azovstal ont repris, selon un autre responsable ukrainien.

« Aujourd’hui, nous essayons à nouveau d’évacuer les femmes, les enfants et les personnes âgées », a indiqué samedi matin la responsable sur Facebook, en précisant que les civils avaient commencé à se rassembler près d’un centre commercial de la ville et espéraient pouvoir commencer à partir vers Zaporijjia, quelque 200 km au nord-ouest, vers 12h00 locales (09h00 GMT).

Après plusieurs jours sans évacuations possibles, trois cars partis de Marioupol avaient pu arriver à Zaporijjia jeudi 21 avril.

Iryna Verechtchouk a cependant averti que les forces russes pourraient vouloir organiser un autre couloir d’évacuation en parallèle, vers la Russie cette fois. « Soyez prudents », a-t-elle dit. « Ne succombez pas à la tromperie et la provocation ».

11h30 Le complexe métallurigique Azovstal à Marioupol bombardé, selon Kiev.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réclamé vendredi 22 avril au soir, à la veille du week-end de la Pâque orthodoxe, une « pause humanitaire » pour évacuer les civils des villes ukrainiennes assiégées par les Russes, à commencer par Marioupol, pilonnée par l’armée russe depuis début mars.

Si ce port stratégique de la mer d’Azov est désormais contrôlé en grande partie par l’armée russe, les derniers combattants ukrainiens, appartenant notamment au bataillon Azov, sont retranchés dans l’immense complexe métallurgique Azovstal.

Ils demandent depuis plusieurs jours à ce que les femmes et les enfants, qui seraient des centaines réfugiés avec eux dans les souterrains de ce complexe, puissent être évacués « avec des garanties » de sécurité.

Selon Oleksiï Arestovytch, conseiller de la présidence ukrainienne, les Russes ont « repris les frappes aériennes » sur le complexe samedi 23 avril. « Ils tentent des opérations d’assaut » mais « nos défenseurs malgré leur situation difficile mènent des contre-opérations », a-t-il déclaré sur Telegram.

Ces informations étaient invérifiables. Le président russe Vladimir Poutine avait affirmé jeudi que les forces russes ne tenteraient pas d’assaut final sur Azovstal.

Le bataillon Azov a posté samedi 23 avril au matin sur Youtube une nouvelle vidéo montrant des dizaines de femmes et des enfants, présentés comme vivant dans les souterrains d’un bâtiment du complexe. On les voit installés dans un dortoir de fortune, chaudement habillés, avec du linge accroché à un fil.

Interrogée par un soldat ukrainien, une femme explique notamment à la caméra vivre dans ce souterrain depuis début mars. Une autre, un bébé dans les bras, affirme s’être réfugiée là car son mari travaillait à Azovstal.

Plusieurs enfants s’expriment également devant la caméra, indiquant qu’ils voudraient pouvoir « rentrer à la maison ».

La date de la vidéo n’a pas pu être immédiatement vérifiée, mais deux femmes interrogées indiquent que la date du jour est le 21 avril.

Marioupol, qui comptait environ 450.000 habitants avant le début du conflit le 24 février, est devenue un champ de ruines, avec des habitants terrés dans les caves manquant de tout, sans communication avec l’extérieur.

O9h30 TU. Les Ukrainiens restés au pays luttent pour survivre

07h34 TU. Nouvelle tentative d’évacuation de civils depuis Marioupol samedi, selon Kiev.

Une nouvelle tentative d’évacuation de civils depuis le port ukrainien de Marioupol, en grande partie contrôlé par l’armée russe, est prévue ce samedi, a indiqué la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

« Aujourd’hui, nous essayons à nouveau d’évacuer les femmes, les enfants et les personnes âgées », a indiqué la responsable sur Facebook, en précisant que les civils avaient commencer à se rassembler près d’un centre commercial de la ville et espéraient pouvoir commencer à évacuer vers 12h00 locales (10h00 GMT).

04h44 TU. Aucune trêve en vue à l’orée de la Pâque orthodoxe.

Les appels à la trêve en Ukraine à l’occasion du week-end pascal en terre orthodoxe semblent rester lettre morte, notamment à Marioupol, en raison d’un persistant dialogue de sourds entre Kiev et Moscou.

La guerre entrera dimanche 24 avril dans son troisième mois, mais la « deuxième phase de l’opération spéciale » lancée par Moscou vient de commencer, cette semaine. « L’un des objectifs de l’armée russe est d’établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l’Ukraine », a assené vendredi 22 avril un haut responsable militaire russe.

Valentyna Bushtruk, 70 ans, marche devant une église endommagée, à Lukashivka, dans le nord de l'Ukraine, le vendredi 22 avril 2022.

Valentyna Bushtruk, 70 ans, marche devant une église endommagée, à Lukashivka, dans le nord de l’Ukraine, le vendredi 22 avril 2022.
(AP Photo/Petros Giannakouris)

Les autorités ukrainiennes, qui ont obtenu ces derniers jours une aide en armements plus substantielle des Occidentaux, continuent d’assurer qu’elle peuvent repousser l’armée russe hors de leur sol. Mais elles réclament aussi une trêve pascale.

Celle-ci a été « rejetée » par Moscou, avait pesté jeudi Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien a ensuite accusé, vendredi soir, la Russie d’avoir « apporté la mort en Ukraine », tout en ajoutant: « La mort n’a aucune chance de gagner sur la vie, tout chrétien le sait ».

Une « pause humanitaire est nécessaire pour l’évacuation en toute sécurité de milliers de civils qui souhaitent quitter les zones dangereuses des hostilités en cours et possibles, en particulier de Marioupol, qui souffre depuis longtemps », avec sans doute des milliers de morts, a aussi indiqué le ministère ukrainien des Affaires étrangères vendredi soir sur son site.

(Re)voir Ukraine : Fêter Pâques, malgré la guerre

00h28 TU. Le chef de l’ONU se rendra en Russie et en Ukraine la semaine prochaine.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres ira la semaine prochaine en Russie où il sera reçu par Vladimir Poutine avant de se rendre deux jours plus tard en Ukraine où il s’entretiendra avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Le mardi 26 avril, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres arrivera à Moscou pour des discussions avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Il sera également reçu par le président Vladimir Poutine », a déclaré vendredi 22 avril le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, lors d'un entretien au siège des Nations Unies, le 20 janvier 2022, à New York.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, lors d’un entretien au siège des Nations Unies, le 20 janvier 2022, à New York.
(AP Photo/ Robert Bumsted, Dossier)

L’ONU a par la suite confirmé cette visite qui signera la première rencontre entre Antonio Guterres et Vladimir Poutine depuis le début de l’offensive russe en Ukraine.

Le chef de l’ONU visitera ensuite l’Ukraine où il « aura un rendez-vous avec le ministre des affaires étrangères Dmytro Kuleba et sera reçu par le président Volodymyr Zelensky le 28 avril », a annoncé l’organisation dans un communiqué.

Antonio Guterres compte également rencontrer les équipes des agences de l’ONU sur place « pour discuter d’un renforcement de l’aide humanitaire à destination des Ukrainiens. »

Depuis qu’Antonio Guterres a affirmé que la Russie violait la Charte de l’ONU en envoyant des troupes en Ukraine, le président russe a décliné tout contact avec le dirigeant de l’ONU, qu’il refuse de prendre au téléphone.

23h36 TU. Washington invite ses alliés à discuter de la défense de l’Ukraine à long terme.

Le Pentagone a invité 40 pays alliés à se retrouver en Allemagne mardi 26 avril pour discuter des besoins sécuritaires à long terme de l’Ukraine, alors que Kiev poursuit les combats contre l’armée russe dans le sud et l’est du pays.

Des ministres de la Défense et des hauts généraux de 20 pays, membres ou non de l’Otan, ont déjà accepté l’invitation du ministre américain de la Défense Lyoyd Austin de se retrouver sur la base américaine de Ramstein à l’ouest de l’Allemagne, a annoncé vendredi 22 avril le porte-parole du Pentagone John Kirby.

Selon lui, la rencontre permettra de se pencher sur la question de l’aide qui pourrait être apportée par les partenaires de l’Ukraine pour renforcer sa puissance militaire, une fois la guerre terminée.

L’une des choses souhaitées par Lyoyd Austin à cette occasion « est le début de discussions entre pays aux vues similaires sur les relations de défense à long terme dont l’Ukraine aura besoin » par la suite, a précisé John Kirby à la presse.

« Il s’agit surtout de modernisation et de faire en sorte que leur armée soit toujours puissante et capable de fonctionner à l’avenir. Il ne s’agit pas de garanties de sécurité, mais bien de leur dispositif militaire réel », a ajouté le porte-parole de la défense américaine.

21h07 TU. Moscou vise le contrôle du Donbass et du sud de l’Ukraine, l’ONU évoque des « crimes de guerre ».

Moscou a annoncé vendredi 22 avril viser le contrôle total du sud de l’Ukraine et de la région du Donbass près de deux mois après le début de l’invasion de ce pays par l’armée russe, accusée par l’ONU d’actions « pouvant relever de crimes de guerre ».

Des personnes déplacées de Mariupol arrivent dans un centre de réfugiés fuyant les attaques russes, à Zaporizhzhia, en Ukraine, le jeudi 21 avril 2022.

Des personnes déplacées de Mariupol arrivent dans un centre de réfugiés fuyant les attaques russes, à Zaporizhzhia, en Ukraine, le jeudi 21 avril 2022.
(Photo AP/Leo Correa)

« L’un des objectifs de l’armée russe est d’établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l’Ukraine », a déclaré un haut responsable militaire russe parlant d’une « deuxième phase de l’opération spéciale » visant, entre autres, à « assurer un couloir terrestre vers la Crimée ».

Laisser un commentaire