A L uneACTUALITESinternationalPOLITIQUE

Direct Guerre en Ukraine : Joe Biden fait une demande d’aide de 33 milliards de dollars au Congrès après des bombardements à Kiev

Le président américain Joe Biden a demandé au Congrès une rallonge budgétaire de 33 milliards de dollars pour aider l’Ukraine. Cette demande survient après les premiers bombardements russes à Kiev depuis mi-avril, alors même que le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres y était en visite. Ces bombardements ont fait dix blessés.

Tous les horaires sont donnés au format temps universel coordonné (UTC). Pour information, la France se situe dans le fuseau horaire UTC+2.

Ce qu’il faut savoir sur la situation en Ukraine à 10h00 TU. :

– Le président indonésien Joko Widodo annonce avoir invité son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et confirme avoir invité le président russe Vladimir Poutine au sommet du G20 prévu en novembre en Indonésie.

– Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian condamne les « frappes indiscriminées » des forces russes sur Kiev survenues jeudi 28 avril, alors que le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres se trouvait dans la capitale ukrainienne.

– Une productrice ukrainienne de Radio Liberty, Vira Ghyrytch, a été tuée dans la frappe russe sur Kiev de jeudi, a indiqué son organisation dans un communiqué.

– La Russie confirme avoir effectué la veille une frappe avec des armes de « haute précision » contre Kiev, la capitale ukrainienne, en pleine visite du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.
– Une « opération » d’évacuation des civils terrés dans l’usine d’Azovstal assiégée par les troupes russes à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, est « envisagée » pour vendredi 29 avril, a annoncé la présidence ukrainienne.

– Parallèlement à la visite d’Antonio Guterres à Kiev, les régions méridionales et orientales de l’Ukraine – où se concentrent les assauts russes – sont sous un feu nourri de bombes.

– Les Etats-Unis ne peuvent se permettre de rester passifs face au conflit en Ukraine, a expliqué jeudi 28 avril Joe Biden pour justifier sa demande au Congrès d’une colossale rallonge budgétaire de 33 milliards de dollars pour principalement livrer davantage d’aide militaire à Kiev.

10h55 TU. Un premier navire chargé de maïs ukrainien quitte la Roumanie.

Un premier navire chargé de maïs en provenance d’Ukraine a quitté vendredi 29 avril le port roumain de Constanta, sur la mer Noire, marquant la reprise des exportations de céréales depuis le début de la guerre, a-t-on appris auprès de l’opérateur Comvex. Les ports maritimes ukrainiens sont bloqués depuis le début de l’invasion russe, le 24 février.

« Le navire transportant 70.000 tonnes de maïs a levé l’ancre à 04H20 » (01H20 GMT), a déclaré le PDG de la compagnie, Viorel Panait, sans dévoiler la destination de la marchandise. « Il s’agit d’un moment très important qui témoigne de l’engagement de la Roumanie à se montrer solidaire de l’Ukraine en proie à la guerre », a-t-il ajouté, se félicitant d’avoir joué le « rôle de pionnier » dans cette entreprise.

Avant la guerre, la Roumanie exportait 4,5 millions de tonnes de production agricole par mois via ses ports – soit 12% du blé, 15% du maïs et 50% de l’huile de tournesol au niveau mondial.

Mais le blocus par la Russie a « de facto arrêté nos exportations », détaillait fin mars le ministre ukrainien de l’Agriculture Mykola Solsky.
10h44 La Banque centrale abaisse le principal taux directeur de la Russie de 17% à 14%.

La Banque centrale russe a abaissé son taux directeur de 17% à 14% vendredi, estimant que « les risques pour les prix et la stabilité financière ont cessé d’augmenter, créant les conditions d’une réduction du taux directeur ».

La Banque centrale, qui avait drastiquement augmenté son taux à 20% dans la foulée des premières sanctions après l’entrée des troupes russes en Ukraine fin février, l’avait déjà abaissé une première fois le 8 avril, le ramenant à 17%.
10H24 TU. Berlin condamne les frappes « inhumaines » sur Kiev durant la visite d’Antonio Guterres (porte-parole).
L’Allemagne condamne les frappes « inhumaines » sur Kiev alors que le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres se trouvait dans la capitale ukrainienne, a déclaré vendredi un porte-parole du gouvernement.

« Cela révèle une fois de plus aux yeux de la communauté internationale que (Vladimir) Poutine et son régime n’ont aucun respect pour le droit international », a dénoncé lors d’un point-presse régulier ce porte-parole, Wolfgang Büchner.

10h22 TU. Les Pays-Bas rouvrent leur ambassade à Kiev.

Les Pays-Bas ont rouvert vendredi 29 avril leur ambassade à Kiev après plus de deux mois de fermeture, juste avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine, a annoncé le ministère néerlandais des Affaires étrangères.

Le personnel de cette représentation diplomatique a été retiré de la capitale ukrainienne le 20 février, quatre jours avant le début de l’offensive russe et, depuis le 16 avril, elle opérait de la ville de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine.

« Un petit nombre de membres du personnel de l’ambassade retourneront dans la capitale », a précisé le ministère.

« Nous entretenons une relation de travail étroite avec l’Ukraine que nous soutenons sur les plans diplomatique, humanitaire et militaire », a ajouté le ministre des Affaires étrangères Wopke Hoekstra, cité dans le communiqué.

« Il est important pour ça que nous puissions avoir une ambassade sur le terrain à Kiev », a-t-il ajouté. La section consulaire de l’ambassade néerlandaise dans la capitale ukrainienne restera néanmoins fermée dans l’immédiat.

10H19 TU. Deux volontaires humanitaires britanniques « capturés » en Ukraine (ONG).Deux volontaires britanniques ont été « capturés » par des soldats russes en Ukraine, a affirmé vendredi une organisation à but non lucratif ayant son siège au Royaume-Uni, Presidium Network.

« Deux citoyens britanniques, travaillant en tant que volontaires non liés à nous mais connus de nous, Paul Urey (né en 1977) et Dylan Healy (né en 2000) », ont été « capturés par l’armée russe à un point de contrôle en Ukraine lundi« , a dit Dominik Byrne, l’un des fondateurs de cette ONG, précisant que les deux hommes « sont allés en Ukraine de leur propre chef ».

09h54 TU. Le président indonésien invite Volodomyr Zelensky et Vladimir Poutine au sommet du G20.

Le président indonésien Joko Widodo annonce avoir invité son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et confirme avoir invité le président russe Vladimir Poutine au sommet du G20 prévu en novembre en Indonésie.

« J’ai invité le président Zelensky à participer au sommet du G20 », a déclaré le président indonésien, suggérant qu’un compromis avait été trouvé.

Le président russe a confirmé qu’il y participerait au sommet prévu à Bali en novembre, a précisé le leader indonésien dans une allocution vidéo.

L’Indonésie, qui préside le G20 cette année, a subi de fortes pressions des Occidentaux, les Etats-Unis en tête, pour exclure la Russie du groupe depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.

Mais Jakarta a résisté, arguant que sa position l’obligeait à rester « impartiale » et le président américain Joe Biden, notamment, avait suggéré une participation de l’Ukraine pour trouver un équilibre.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenski  avait indiqué mercredi dans un tweet avoir été invité par l’Indonésie au sommet, à l’issue d’une conversation téléphonique avec son homologue indonésien.

Joko Widodo s’est aussi entretenu avec le président russe Vladimir Poutine jeudi 28 avril. « A cette occasion, le président Poutine a remercié l’Indonésie pour l’invitation au sommet du G20 et a dit qu’il y participerait », a-t-il déclaré.
09h20 TU. Paris condamne les frappes russes « indiscriminées » sur Kiev durant la visite d’Antonio Guterres.

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian condamne les « frappes indiscriminées » des forces russes sur Kiev survenues jeudi 28 avril, alors que le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres se trouvait dans la capitale ukrainienne.

« Pleine solidarité avec le peuple ukrainien, ainsi qu’avec @antonioguterres et @KirilPetkov (Premier ministre bulgare, ndlr) qui se trouvaient à proximité hier », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères sur son compte Twitter.

09h18 TU. Une productrice de Radio Liberty tuée dans la frappe de jeudi sur Kiev.

Une productrice ukrainienne de Radio Liberty a été tuée dans la frappe russe sur Kiev de jeudi, a indiqué son organisation dans un communiqué.

« Vira Ghyrytch est morte des suites de la frappe d’un missile russe sur l’immeuble où elle habitait », a indiqué la radio, financée par les Etats-Unis, sur son site internet. Son corps a été découvert sous les décombres vendredi, a-t-elle précisé.

Vira Ghyrytch travaillait depuis 2018 pour le bureau de Kiev de Radio Liberty, après avoir collaboré avec plusieurs chaînes de télévision ukrainiennes.

Le maire de la capitale Vitaly Klitschko avait fait savoir un peu plus tôt qu’au moins une personne avait été tuée par cette frappe, le premier bombardement à Kiev depuis le 17 avril, sans révéler l’identité de la victime.

08h04 TU. La Russie confirme une frappe contre Kiev avec des armes de « haute précision » pendant la visite d’Antonio Guterres.

La Russie a confirmé vendredi 29 avril avoir effectué la veille une frappe avec des armes de « haute précision » contre Kiev, la capitale ukrainienne, en pleine visite du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

« Les forces russes ont détruit avec des armes de haute précision de longue portée les ateliers de l’entreprise spatiale Artiom dans la ville de Kiev », a indiqué le ministère russe de la Défense, lors d’un briefing.

07h54 TU. Au moins un mort dans la frappe russe contre Kiev jeudi pendant la visite d’Antonio Guterres.
Au moins une personne a été tuée dans une frappe russe contre Kiev jeudi, pendant la visite dans la capitale ukrainienne du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, a indiqué vendredi le maire Vitaly Klitschko sur Telegram.

Les secouristes « ont retrouvé un corps » en déblayant les débris sur le site touché, près du centre-ville, a-t-il ajouté. Quatre blessés ont été hospitalisées, a-t-il indiqué dans un message séparé précisant qu’au total, plus de 100 habitants de Kiev avaient été tués depuis le début de l’invasion russe il y a deux mois.

Chargement du lecteur…

06H43 TU. Une « opération » d’évacuation des civils du site Azovstal, à Marioupol, envisagée pour vendredi 29 avril selon la présidence ukrainienne. 
Une « opération » d’évacuation des civils terrés dans l’usine d’Azovstal assiégée par les troupes russes à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, est « envisagée » pour vendredi 29 avril, a annoncé la présidence ukrainienne.

« Une opération destinée à sortir les civils de l’usine est envisagée pour aujourd’hui », a indiqué vendredi la présidence dans un communiqué.

Des centaines de militaires et de civils ukrainiens dont des dizaines d’enfants sont bloqués, selon Kiev, dans cette immense aciérie d’Azovstal à Marioupol, avec les derniers combattants ukrainiens de la ville, presque entièrement détruite et contrôlée par les forces russes après des semaines de siège.

Un commandant des militaires ukrainiens retranchés à Azovstal, Serguiï Volynsky avait indiqué jeudi 28 avril qu’une bombe russe est tombée sur l’hôpital de campagne souterrain mis en place sur le site par les Ukrainiens.

« Toute l’infrastructure médicale, la salle d’opération ont été anéanties. Beaucoup de nos gars ont été tués sur le coup. Beaucoup de blessés ont reçu de nouvelles blessures. La situation devient encore plus critique », a-t-il déclaré dans une interview au site ukrainien Levy Bereg.

04H35 TU. Poursuite de l’offensive russe dans l’est et le sud de l’Ukraine.
Parallèlement à la visite d’Antonio Guterres à Kiev, les régions méridionales et orientales de l’Ukraine – où se concentrent les assauts russes – sont sous un feu nourri de bombes.

« L’ennemi intensifie son offensive. Les occupants effectuent des frappes pratiquement dans toutes les directions », avec une activité particulièrement intense dans les régions de Kharkiv et dans le Donbass, a souligné l’état-major ukrainien. Selon lui, l’armée russe tente d’empêcher le transfert de forces ukrainiennes du nord vers l’est.

Un militaire ukrainien marche au milieu des décombres d'un bâtiment fortement endommagé par de multiples bombardements russes près d'une ligne de front à Kharkiv, en Ukraine, le lundi 25 avril 2022.

Un militaire ukrainien marche au milieu des décombres d’un bâtiment fortement endommagé par de multiples bombardements russes près d’une ligne de front à Kharkiv, en Ukraine, le lundi 25 avril 2022.
(AP Photo/Felipe Dana)

Selon le gouverneur de Kharkiv, Oleg Synegoubov, cinq personnes ont été tuées jeudi 28 avril dans des bombardements sur la ville et sa région. Les troupes russes, qui tentaient d’avancer depuis Izioum vers « Brazhkivka, Dovhenky et Velyka Komyshuvakha », ont subi « de lourdes pertes et ont été contraintes de battre en retraite », a-t-il assuré sur Telegram.

Dans le Donbass, à Lyman, « la situation est très difficile, toute la commune est encerclée », a indiqué Andriï Pankov, chef de la région administrative de Kramatorsk. Selon lui, près de la moitié du territoire communal est occupé par les chars et colonnes russes, venues du nord par Izioum, capturée précédemment. « On ne sait pas ce que sera la situation demain matin », redoute Oleksiï Migrine, chef des secours de la région.

A Kherson, seule ville d’importance dont les Russes aient complètement pris le contrôle depuis le début de leur invasion, l’administration locale russe a dit jeudi 28 avril vouloir introduire le rouble à la place de la hryvnia ukrainienne à partir du 1er mai. « Un acte d’annexion et une violation grave par la Russie » de la Charte de l’ONU, a dénoncé Lioudmyla Denissova.

21h36 TU. Joe Biden veut allouer 33 milliards de dollars « pour aider l’Ukraine à se défendre ».

Les Etats-Unis ne peuvent se permettre de rester passifs face au conflit en Ukraine, a expliqué jeudi 28 avril Joe Biden pour justifier sa demande au Congrès d’une colossale rallonge budgétaire de 33 milliards de dollars pour principalement livrer davantage d’aide militaire à Kiev.

Sur ce total, 20 milliards doivent aller à la fourniture d’armements, soit près de sept fois plus que les quantités pourtant impressionnantes d’armes et munitions déjà fournies à l’Ukraine depuis l’invasion russe, déclenchée le 24 février.

Kiev a déjà reçu 10 armes anti-char pour chaque blindé russe, a ainsi vanté le président américain lors de son allocution prononcée à la Maison Blanche.

Mais les Etats-Unis « n’attaquent pas » la Russie, a-t-il assuré, ils « aident l’Ukraine à se défendre » face aux « atrocités et à l’agression » russe. Le Kremlin avait plus tôt mis en garde contre des livraisons d’armes à l’Ukraine qui « menacent la sécurité » européenne.

20h41 TU. Washington ne laissera pas Moscou « intimider » l’Europe en coupant les livraisons de gaz selon Joe Biden.

Les Etats-Unis ne laisseront pas Moscou « intimider » les pays européens en menaçant de les priver de ses ressources énergétiques, a déclaré Joe Biden jeudi 28 avril, après l’arrêt des livraisons de gaz russe à la Pologne et à la Bulgarie.

« Nous ne les laisserons pas utiliser leurs réserves de pétrole ou de gaz pour éviter les conséquences de leur agression » en Ukraine, a lancé le président américain. « Nous travaillons avec d’autres pays, comme la Corée, le Japon ou le Qatar, pour aider nos alliés européens menacés par ce chantage russe au gaz », a-t-il ajouté.

Joe Biden à la Maison Blanche à Washington, le jeudi 28 avril 2022.

Joe Biden à la Maison Blanche à Washington, le jeudi 28 avril 2022.
(AP Photo/Susan Walsh)

« D’une certaine manière, la Russie se tire une balle dans le pied », en se privant des revenus de la vente de gaz à ces deux Etats, a affirmé le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken jeudi 28 avril.

Le secrétaire d’Etat a aussi mis l’accent sur les exportations accrues de gaz naturel liquéfié des Etats-Unis vers l’Europe, « afin d’aider à compenser les éventuelles pénuries », dont celles issues du « chantage » de la Russie.

20h30 TU. Les frappes russes sur Kiev lors de la visite du secrétaire général de l’ONU ont fait dix blessés selon les secours sur place. 

La capitale ukrainienne, Kiev, a été la cible de frappes russes jeudi 28 avril au soir, en pleine visite du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et pour la première fois depuis mi-avril, faisant au moins dix blessés selon les services de secours.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a évoqué « cinq missiles », qui ont frappé la ville « juste après la fin des discussions » avec Antonio Guterres.

« Un incendie s’est déclaré à la suite de bombardements ennemis sur un immeuble résidentiel de 25 étages dont les deux premiers étages ont été partiellement détruits », ont raconté les services de secours ukrainiens. « Selon des données préliminaires, cinq personnes ont été secourues et dix blessées », ont-ils poursuivi sur Facebook.

« Dans la soirée, l’ennemi a tiré sur Kiev. Deux frappes sur le quartier de Chevchenkovsky », avait auparavant dit le maire de la capitale, Vitali Klitschko.

19h57 TU. Les bombardements russes sur Kiev visaient à « humilier l’ONU », selon Volodomyr Zelensky.

Les bombardements russes sur Kiev, en pleine visite du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, visaient à « humilier l’ONU », a estimé jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, à gauche, marche aux côtés du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres lors d'une réunion à Kiev, Ukraine, le jeudi 28 avril 2022.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, à gauche, marche aux côtés du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres lors d’une réunion à Kiev, Ukraine, le jeudi 28 avril 2022.
(Bureau de presse de la présidence ukrainienne via AP )

« Cela en dit long sur la véritable attitude de la Russie envers les institutions internationales, sur les efforts des dirigeants russes pour humilier l’ONU et tout ce que l’organisation représente », a déclaré Volodymyr Zelensky dans une vidéo postée sur sa chaîne Telegram.

19h48 TU. Antonio Guterres, en visite, « est en sécurité » mais « choqué », selon le porte-parole de l’ONU.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, en visite à Kiev, « est en sécurité » mais « choqué » après que la capitale ukrainienne a été touchée par des frappes russes un peu plus tôt dans la soirée, a déclaré jeudi un porte-parole de l’organisation.

« Nous sommes en sécurité », a écrit Saviano Abreu à des journalistes, précisant ensuite que « c’est une zone de guerre mais c’est choquant que cela soit arrivé à proximité de là où nous nous trouvions ».

Laisser un commentaire