A L uneACTUALITES

L’affaire des 94 Milliards : L’Ofnac confirme et conforte Ousmane Sonko

Les rapports 2019, 2020 et 2021 de l’Office National de lutte contre la Fraude et la Corruption remis, mardi, au président de la République Macky Sall, débusquent et démasquent les malfaiteurs étatiques et confirment les plaintes et complaintes de Ousmane Sonko dans l’affaire dite des 94 milliards. 

94 milliards, Mamour Diallo vs Ousmane Sonko.

Le 10 avril 2018, l’Ofnac a été saisi d’une plainte de Ousmane Sonko, député à l’Assemblée nationale et Président du parti Pastef-Les Patriotes pour des faits supposés de « transaction immobilières et de détournement de deniers publics » (TF 1451/R) portant sur montant de 94 783 159 000 F Cfa.

Et l’Ofnac dans son enquête codifiée dans les rapports susmentionnés, confirme Sonko et débusque une « association de malfaiteurs », rapporte Libération.

En effet, les investigations menées par l’Ofnac ont permis de confirmer la quasi-totalité des griefs soulevés par le plaignant fiscal.

Délits

Selon lui, sur les actes d’acquiescement, Seydou Sarr apparaît, comme un exproprié alors qu’il n’a jamais été propriétaire.

En effet, l’expropriation dont il fait état découle, non pas d’une mutation de propriété du TF 1451/R mais plutôt d’une «créance » acquise auprès de Ndiaga Ndoye et consorts.

Pour l’Ofnac, on peut retenir dans cette affaire les délits d’association de malfaiteurs, d’escroquerie portant sur des deniers publics, tentative d’escroquerie portant sur des deniers publics et complicité d’escroquerie portant sur les deniers publics.

Seynabou Ndiaye Diakhaté

Pour mémoire, l’affaire dite des 94 milliards qui avait fait l’objet d’un rapport d’enquête, a été transmise au procureur de la République. Et Ousmane Sonko a été débouté.  Elle a  été  classée sans suite par le Doyen des juges.

« Le juge d’instruction est dans son droit de refus d’informer à condition qu’il motive sa décision. Je l’ai fait en tant que juge. Mais pour ce dossier, je ne sais pas quelle a été la motivation du juge pour refuser d’informer et la motivation de la Chambre d’accusation pour confirmer la décision du juge d’instruction », soulignait, en janvier dernier, la Présidente de l’Ofnac, Seynabou Ndiaye Diakhaté, sur i radio.

Laisser un commentaire