Non classé

Marko Podoliak jeune joueur ukrainien après avoir fui son Ukraine natale se confie:« lorsque je joue j’oublie tout, même la guerre»

« C’est le drapeau de mon pays. Pour moi, le bleu symbolise la liberté, le ciel dégagé au-dessus de la tête. Le jaune est un beau champ, libre, clair, et je suis fier, fier d’être ukrainien. » L’homme qui parle s’appelle Marko Podoliak. Il a 18 ans. Lorsque la guerre en Ukraine a éclaté au début de l’année, l’aspirant footballeur de l’académie du Dynamo Kyiv est parti à Bracknell Town.
Si vous ne connaissez pas ce club, sachez que les « Robins » du Berkshire, en Angleterre, viennent d’être couronnés champions de la ligue du centre-sud et ont été promus au septième niveau de la pyramide du football anglais.
Podoliak a pu se rendre en Angleterre grâce à un lien familial, fuyant la dévastation de son pays d’origine et laissant sa famille derrière lui. « Je suis né et j’ai grandi dans une ville appelée Lviv », a déclaré Podoliak  « C’est une ville située à l’ouest de l’Ukraine. C’est une très belle ville, et plutôt ancienne ».

À MES YEUX, C’EST ENCORE UN ENFANT

« Aujourd’hui, il arrive que les troupes russes attaquent. Bien sûr, je suis inquiet pour mes parents et ma famille, les missiles peuvent finir par tomber sur n’importe quelle partie de notre pays. C’est dangereux. Tous les jours, on s’appelle. Nous sommes toujours connectés ».
Le football en Ukraine a été suspendu indéfiniment après le début du conflit et les hommes en âge de combattre dans tout le pays ont été enrôlés. Malgré son manque d’entraînement militaire, Podoliak aurait probablement été parmi ceux qui sont partis au combat, sans l’intervention de Bracknell, et en particulier du président-directeur général Kayne Steinborn-Busse.
« J’ai moi-même trois garçons et mon plus jeune vient d’avoir 18 ans », déclare Steinborn-Busse. « À mes yeux, c’est encore un enfant, il est encore en formation ».
Podoliak lui-même admet que le football est une forme de libération du stress causé par la guerre et, malgré tout, il est plus déterminé que jamais à réaliser ses ambitions dans le jeu. « Lorsque je joue au football, j’oublie tout, même la guerre », ajoute-t-il. « Le football a un rôle très important dans ma vie, je joue depuis mon enfance. J’ai toujours aimé ça, je ne peux rien faire de mieux que de jouer au football, et c’est mon rêve d’atteindre le plus haut niveau. »

Laisser un commentaire