A L uneACTUALITESinternationalPOLITIQUE

DIRECT. Guerre en Ukraine : Les Ministres des Affaires étrangères de la France, de la Grande-Bretagne et des États-Unis mettent en Garde la Russie en cas d’escalade du Conflit au Prétexte de l’Emploi par Kiev d’une « bombe sale »

« Personne ne serait dupe » si Moscou faisait escalader le conflit en Ukraine en prenant prétexte de l’emploi par Kiev  d’une«bombe sale » évoqué par le gouvernement russe,ont affirmé lundi Paris, Londres et Washington.

Dans une déclaration conjointe, les trois ministres des Affaires étrangères « rejettent les allégations, à l’évidence fausses, de la Russie selon lesquelles l’Ukraine se prépare à utiliser une bombe sale sur son propre territoire. Personne ne serait dupe d’une tentative d’utiliser cette allégation comme prétexte à une escalade ».

Dans des entretiens téléphoniques avec plusieurs de ses homologues, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, s’est entretenu dimanche avec ses homologues américains, français, britannique et turc du conflit en Ukraine.

La justification d’une escalade militaire

Au cours de ces échanges d’une intensité inédite en un seul jour pour M. Choïgou depuis le début de l’offensive russe en Ukraine le 24 février, il a fait part à la plupart de ses interlocuteurs de « ses préoccupations liées à d’éventuelles provocations de la part de l’Ukraine avec recours à une bombe sale », selon son ministère. Les Ukrainiens et les Occidentaux y voient la menace des préparatifs d’une attaque sous faux drapeau, suspectant la Russie d’être prête à faire exploser elle-même une « bombe sale » pour justifier une escalade militaire, par exemple en employant une arme nucléaire tactique en représailles.

La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna a également « parlé cette nuit au ministre ukrainien des Affaires étrangères des allégations de la Russie, à l’évidence fausses », a-t-elle tweeté.

« Nous restons déterminés à poursuivre notre soutien aux efforts de l’Ukraine pour défendre son territoire aussi longtemps qu’il le faudra », ont ajouté les trois capitales dans leur déclaration conjointe.

Laisser un commentaire