A L uneACTUALITES

La hausse des prix de la volaille va jouer sur le budget des fêtes de fin d’année

Au Sénégal, les clients se ruent sur les poulets, et la volaille en général, mangée pendant les fêtes de fin d’années par les chrétiens comme par les musulmans qui composent 95% des habitants du pays. Les commerçants, de leur côté, constatent alors une hausse des prix liée à une demande supérieure à l’offre.

Avec notre correspondante à DakarThéa Ollivier

Quelques jours en avant, Eli est venu acheter du poulet pour la fête de Noël dans le marché de Tilène en plein cœur de Dakar : « On achète du poulet, des pigeons. On a une petite hausse par rapport aux prix de d’habitude. Peut-être, c’est dû à la fête qui s’approche. La hausse n’est pas alarmante, mais les prix sont abordables. »

Au milieu des cages remplis de volailles de toutes sortes, Mamadou a quelques poulets à ses pieds qu’il est allé chercher au village. Il explique pourquoi il a dû augmenter le prix de vente : « J’ai dû quitter Dakar pour aller chercher les poulets, mais, je n’étais pas tout seul, il y a beaucoup de personnes qui allaient au village pour rapporter des poulets. On a des poulets-là très chers. »

Une augmentation de 500 francs CFA

Salou Fall expose ses poulets déplumés à l’entrée du marché. Quel que soit leur poids, il a augmenté les prix de 500 francs CFA, soit environ 80 centimes d’euros : « Pour les poulets qui était à 2 500 francs, il passe à 3 000 et pour ceux à 3 000, ils passent à 3 500. À cause des fêtes, les poulets manquent. Il y a toutes les personnes qui viennent acheter des poulets, les musulmans, les chrétiens. »

Chaque année, la ruée vers le poulet au moment des fêtes chrétiennes et musulmanes tend le marché de la volaille où l’importation est interdite depuis 2005.

 À lire aussi : Sénégal: le premier vin produit dans le pays reçoit son agrément alimentaire

Laisser un commentaire