A L uneACTUALITESinternational

DIRECT -Guerre en Ukraine : Moscou accusée de crimes de guerres et déplacement de force de milliers d’Ukrainiens

Les accusations de crimes de guerre s’accumulent ce vendredi 13 mai contre l’armée russe en Ukraine. Des civils auraient été abattus par des militaires russes près de Kharkiv et à Kiev. Des milliers d’Ukrainiens auraient été déplacés de force par la Russie vers des « camps de filtration ».  Plus de six millions d’Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de la guerre, selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) à Genève.

Tous les horaires sont donnés au format temps universel coordonné (UTC). Pour information, la France se situe dans le fuseau horaire UTC+2.
09h52 TU. Le vol de céréales ukrainiennes par les Russes est « répugnant », accuse l’Allemagne.

Le ministre allemand de l’Agriculture a qualifié vendredi de « répugnant » les vols de céréales dont sont accusées les troupes russes en Ukraine, en marge d’une réunion du G7 cherchant à aider Kiev à exporter sa production.

« La Russie vole et confisque les biens et les céréales dans l’Est de l’Ukraine », a déclaré Cem Özdemir aux côtés de son homologue ukrainien Mykola Solsky, estimant que « c’est une manière particulièrement répugnante de mener la guerre. »

Les deux ministres ont également « évoqué les moyens d’aider à sauver la récolte par le chemin terrestre, ferroviaire ou via le Danube », a expliqué Cem Özdemir, alors que l’invasion russe et le blocus imposé aux ports ukrainiens a fortement réduit les voies d’exportations pour ce grand producteur agricole.

Réputée pour ses terres noires très fertiles, l’Ukraine était avant l’invasion le quatrième exportateur mondial de maïs et en passe de devenir le troisième exportateur de blé.

09h25 TU. L’UE va fournir une nouvelle aide militaire de 500 millions d’euros à l’Ukraine, selon Josep Borrell.

L’Union européenne va fournir une aide militaire supplémentaire de 500 millions d’euros à l’Ukraine pour l’aider à se défendre contre l’invasion russe, a déclaré vendredi 13 mai le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell.

Le financement de l’UE pour soutenir l’effort militaire ukrainien « sera ainsi porté à 2 milliards d’euros au total » depuis le début de la guerre le 24 février, a-t-il ajouté lors d’une déclaration à Wangels, dans le nord de l’Allemagne, où sont réunis jusqu’à samedi les chefs de la diplomatie du G7.

07h39 Le G7 uni pour soutenir l’Ukraine « jusqu’à la victoire ».

La Grande-Bretagne a demandé vendredi 13 mai à ce que « plus d’armes » soient livrées à l’Ukraine face à la Russie contre laquelle elle exige de nouvelles sanctions, la France assurant à Kiev le soutien du G7 « jusqu’à la victoire ».

« Il est très important en ce moment de maintenir la pression sur Vladimir Poutine en fournissant plus d’armes à l’Ukraine et en augmentant les sanctions » contre le Kremlin, a affirmé la ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss lors d’une réunion du G7 à Wangels, dans le nord de l’Allemagne.

« L’unité du G7 a été vitale pendant cette crise pour protéger la liberté et la démocratie et nous continuerons à travailler ensemble pour y parvenir », a-t-elle ajouté.

Son homologue français Jean-Yves Le Drian a lui assuré Kiev du soutien des membres du G7 « dans la durée ».

« Nous allons continuer dans la durée à soutenir le combat de l’Ukraine pour sa souveraineté jusqu’à la victoire de l’Ukraine », a-t-il déclaré.

« Nous ne sommes pas en guerre contre la Russie, c’est la Russie qui est en guerre contre l’Ukraine: il y a un agresseur et un agressé et nous soutenons l’agressé », a prévenu le ministre français.

Les ministres des Affaires étrangères du G7 (Allemagne, France, Italie, Canada, Etats-Unis, Japon et Royaume-Unis), rejoints par leurs homologues ukrainien Dmytro Kuleba et moldave Nicu Popescu, sont réunis jusqu’à samedi en Allemagne pour savoir comment soutenir davantage Kiev dans sa résistance à l’invasion russe.

Ils s’entretiendront notamment des répercussions de la guerre sur les pays les plus défavorisés, notamment africains, et les risques de crise alimentaire mondiale, avait indiqué la veille la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock, dont le pays assure la présidence du G7.

« Il y a des initiatives qui vont être prises qui seront, je pense, des initiatives de cohérence et de cohésion entre les différents acteurs pour permettent d’éviter les conséquences sur l’approvisionnement alimentaire de la crise ukrainienne », a indiqué Jean-Yves Le Drian.

07h19 TU.  « Très forte unité » du G7 pour soutenir l’Ukraine « jusqu’à la victoire », selon Jean-Yves Le Drian.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a salué vendredi la « très forte unité » des pays du G7 pour soutenir le combat de l’Ukraine face à la Russie « jusqu’à la victoire ».

Les chefs de la diplomatie du G7, réunis en Allemagne jusqu’à samedi à Wangels sur les bords de la Baltique, ont invité leurs homologues ukrainien et moldave à participer à leurs discussions. « Cela s’inscrit dans une très forte unité des membres du G7 pour continuer dans la durée à soutenir le combat de l’Ukraine pour sa souveraineté, jusqu’à la victoire », a déclaré Jean-Yves Le Drian.

06h49 TU. La Grande-Bretagne demande « plus d’armes » et de sanctions pour maintenir la pression sur Vladimir Poutine. 

La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss a plaidé vendredi 13 mai pour que « plus d’armes » soient livrées à l’Ukraine face à la Russie contre laquelle elle a également exigé de nouvelles sanctions.

« Il est très important en ce moment de maintenir la pression sur Vladimir Poutine en fournissant plus d’armes à l’Ukraine et en augmentant les sanctions » contre le Kremlin, a-t-elle affirmé lors d’une réunion du G7 à Wangels, dans le nord de l’Allemagne.

21h00 TU. Six millions d’Ukrainiens réfugiés à l’étranger.
Plus de six millions d’Ukrainiens ont fui leur pays depuis le déclenchement de l’offensive de la Russie, dont les livraisons de gaz à l’Europe étaient perturbées jeudi 12 mai pour le deuxième jour consécutif.

La Pologne accueille à elle seule plus de la moitié -3,27 millions- des Ukrainiens partis à l’étranger depuis le 24 février, dont 90% sont des femmes et des enfants, a souligné le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) à Genève, relevant toutefois que le flot de ces départs s’est au fil du temps considérablement tari.

Le personnel de l'UNCH s'entretient avec une réfugiée ukrainienne âgée lors d'une visite du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, dans un centre pour réfugiés hébergeant des réfugiés ukrainiens à Chisinau, en Moldavie, le mardi 10 mai 2022.

Le personnel de l’UNCH s’entretient avec une réfugiée ukrainienne âgée lors d’une visite du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans un centre pour réfugiés hébergeant des réfugiés ukrainiens à Chisinau, en Moldavie, le mardi 10 mai 2022.
(AP Photo/Aurel Obreja)

S’y ajoutent les quelque huit millions de personnes déplacées à l’intérieur de l’Ukraine qui, avant les hostilités, avait 37 millions d’habitants dans les régions sous le contrôle de son gouvernement, la Crimée ayant été annexée en 2014 par la Russie et les zones de l’est étant contrôlées par des séparatistes prorusses.

20H59 TU. Washintgon accuse Moscou d’avoir transféré « de force » en Russie « plusieurs milliers » d’Ukrainiens.

Les Etats-Unis ont accusé l’armée russe d’avoir transféré « de force » en Russie « plusieurs milliers » d’Ukrainiens depuis le début de la guerre fin février, souvent en passant par des « camps de filtration » où ils sont soumis à un traitement « brutal ».

Kiev a avancé le nombre de 1,2 million de personnes déportées par Moscou en Russie. Les autorités ukrainiennes dénoncent aussi l’existence de « camp de filtration » russes, souvent dans les territoires contrôlés par la Russie dans l’est de l’Ukraine, par où passent ces « déportés ».

« Les Etats-Unis estiment que les forces russes ont transféré au moins plusieurs milliers d’Ukrainiens dans ces +camps de filtration+, et évacué au moins plusieurs dizaines de milliers d’autres en Russie ou dans des territoires contrôlés par la Russie, parfois sans dire aux évacués quelle était leur destination finale », a déclaré jeudi 12 mai l’ambassadeur américain auprès de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Michael Carpenter.

« Ne serait-ce que depuis Marioupol », ville portuaire stratégique désormais quasiment contrôlée par la Russie, « nous estimons que les forces russes ont déplacé de force plusieurs milliers de civils vers le territoire russe », a-t-il ajouté dans un discours prononcé à Vienne, selon la transcription publiée par le département d’Etat américain.

Le diplomate a évoqué des témoignages sur les « interrogatoires brutaux », assortis de « torture », subis dans ces « camps de filtration », visant à identifier toute personne avec « la moindre allégeance à l’Ukraine ».

« Beaucoup de récits font état de confiscation des téléphones portables des détenus » voire de leurs passeports, « de mots de passe obtenus sous la contrainte, de réseaux sociaux et messageries passés au crible en quête de tout signe d’opposition à la guerre barbare menée par la Russie contre l’Ukraine », a-t-il détaillé.

« Selon ces informations, ceux qui sont jugés pro-Ukraine sont transférés dans la soi-disant +république populaire de Donetsk+ », contrôlée par les séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine, « où ils font face à un sinistre sort », a encore dénoncé l’ambassadeur Carpenter.

« Ces actes constituent des crimes de guerre », a-t-il protesté. « La Russie sait bien » que de tels « déplacements forcés » sont « contraires au droit humanitaire international », a-t-il insisté.

Selon une responsable du gouvernement ukrainien, Lioudmila Denissova,  « plus de 1,19 million » d’Ukrainiens, « y compris plus de 200.000 enfants, ont été déportés vers la Fédération de Russie ».

19h09 TU. Les forces russes accusées de crimes de guerre dans la région de Kharkiv.

Les autorités ukrainiennes et des témoins ont accusé les forces russes d’avoir tiré au char sur une maison dans un village près de Kharkiv, dans l’est du pays, tuant plusieurs civils.

La chaîne américaine CNN a pour sa part publié jeudi 12 mai ce qu’elle présente comme des images de vidéosurveillance montrant deux civils ukrainiens abattus dans le dos par des soldats russes.

La scène, qui se déroule près d’un concessionnaire automobile le 17 mars, dans la banlieue de Kiev, montre un groupe de cinq soldats fouiller les deux hommes avant de les laisser partir. Lorsqu’ils s’en vont, deux soldats leur tirent dans le dos.

Selon CNN, le Parquet ukrainien enquête sur ces faits sur la base d’accusations de crimes de guerre.

Dans la région de Kharkiv, le Parquet régional a lui fait état de l’exhumation de trois cadavres de civils tués le 27 mars dans le village de Stepanki, alors occupé par les forces de Moscou et depuis revenu sous contrôle de Kiev.

<p>La police et des volontaires exhument les corps de civils tués par les bombardements russes dans le village de Stepaky, près de Kharkiv, en Ukraine, le mercredi 11 mai 2022.</p>

La police et des volontaires exhument les corps de civils tués par les bombardements russes dans le village de Stepaky, près de Kharkiv, en Ukraine, le mercredi 11 mai 2022.

« Les militaires (russes) ont bombardé une maison d’habitation avec un char. Deux hommes et une femme ont été tués », a-t-il indiqué dans un communiqué, précisant que leurs corps, enterrés par les voisins dans la cour de leur maison, ont été exhumés mercredi 11 mai.

La police a elle évoqué quatre morts, dont trois ont été exhumés mercredi. Elle a publié des photographies d’une maison carbonisée et de tombes surmontées de simples croix faites avec des branches de bois.

Laisser un commentaire