A L uneACTUALITESPOLITIQUE

Lutte contre la Corruption : Birahim Seck dénonce un «manque de volonté» de l’OFNAC d’aller vers le contrôle dans les grands projets de l’Etat

Le Forum Civil a rencontré des journalistes, ce jeudi dans le cadre d’un atelier d’échange sur la Stratégie nationale de lutte contre la corruption au Sénégal. Selon le Coordonnateur Birahim Seck c’est «incompatible qu’on puisse disposer depuis 2020 d’une stratégie de lutte et que le Sénégal continue de s’enfoncer dans la zone rouge». Il a dénoncé un «manque de volonté de l’Office national de Lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) d’aller vers le contrôle dans les grands projets de l’Etat».

« En 2022 deux ans, déjà, il y avait un projet pour l’OFNAC de venir discuter avec les journalistes sur l’évaluation, le financement, la cartographie du financement de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption. Mais malheureusement, l’OFNAC n’est pas venu. Nous au niveau du Forum Civil, on s’était engagé à accompagner la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption. Il y avait quelques éléments de communication que nous avions développée pour accompagner l’OFNAC dans son travail. Depuis 2012 à maintenant, nous avons toujours plaidé pour qu’il y ait une adoption de la stratégie nationale. Deux ans après, on ne sent pas les choses bouger comme il se doit dans la lutte contre la corruption au niveau du Sénégal. C’est tout simplement un manque de volonté de l’OFNAC d’aller vers le contrôle dans les grands projets de l’Etat », a déclaré Birahim Seck, coordonnateur du Forum civil.

Poursuivant ses propos, M. Seck soutient : « Comme vous le savez, nous avons publié en janvier des listes de perception qui enfonce toujours le Sénégal dans la zone rouge avec une note de 43/100. C’était incompatible qu’on puisse disposer depuis 2020 d’une Stratégie de lutte contre la corruption et que le Sénégal continue de s’enfoncer dans la zone rouge. C’est le Sénégal qui a décidé de lutter contre la corruption, dans sa mission de cette lutte, il a adopté une stratégie nationale de lutte contre la corruption. Et cette stratégie est souvent composée d’une vision, d’objectif, d’acte stratégique. Et dans ces différents axes stratégiques, il y a des actions, des activités à mener, des indicateurs à atteindre. Pour combattre le fléau, le Sénégal pour sa vision, il faut l’éradication de la corruption au Sénégal en vue d’un développement durable et inclusif ».

Selon lui, dans le cadre de la prévention, l’OFNAC n’a pas était efficace. « Est-ce que l’OFNAC a eu à réaliser des enquêtes sur l’utilisation des fonds dite des fonds politique, alors que c’est l’argent du contribuable ? Depuis 12 ans à maintenant, il n’y a pas eu d’enquête sur ces fonds-là. L’argent utilisé à l’Assemblée nationale, il n’a jamais un rapport produit par cette assemblée. L’OFNAC n’a pas aussi sorti un rapport d’audit sur l’Assemblée nationale. Et au niveau de toutes les institutions. Les conditions d’octrois des marchés au niveau des grands projets de l’Etat, que ce soit le Centre international de conférences Abdou Diouf (CICAD), on parle de 56 milliards, de 60 milliards de F CFA, jusque-là, on n’a pas connaissance d’un rapport d’enquête produit dans ce sens, ainsi pour le cas du stade du Sénégal, le pole industriel de Diamniadio, entre autres », dit-il.

Pire ajoute Birahim Seck : « Il ne reste qu’en 2021, il y a au moins 728 milliards contractés par gré à gré. Et même au premier semestre 2021, plus de 400 milliards de F CFA ont été passé par le cas des conventions de Financements. Et aujourd’hui il serait intéressant pour nous sénégalais que l’OFNAC face des investigations pour nous dire comment est ce qu’on contracte ces conventions de financement ? Est-ce qu’il y a des commissions qui sont distribuées dans ces conventions de financement ? Et pourquoi le ministre de l’Économie et de la Coopération refuse de publier les conventions de financement qui sont signées au nom du peuple Sénégalais ».

Laisser un commentaire