A L uneACTUALITESinternational

DIRECT -Guerre en Ukraine : 3 mois de guerre, la région de Lougansk presque entièrement envahie

La guerre en Ukraine entre ce mardi dans son quatrième mois, au moment où les troupes russes concentrent leur offensive sur la dernière poche de résistance de la région de Lougansk, dans le Donbass. « Les prochaines semaines de guerre seront difficiles », selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Ce qu’il faut retenir de ce mardi 24 mai

  • La guerre entre dans son quatrième mois
  • La région de Lougansk presque entièrement envahie
  • 85.000 Ukrainiens en France après trois mois de guerre

11H21 TU. La justice russe ordonne l’arrestation d’un blogueur pour avoir discrédité l’armée

Un tribunal de Moscou a ordonné le placement en détention par contumace du blogueur russe Michaïl Nake, accusé de discréditer l’armée russe et son offensive en Ukraine.
L’intéressé, qui anime hors de Russie un blog vidéo sur YouTube comptant plus de 700.000 abonnés, est accusé d’avoir diffusé des informations mensongères sur les forces armées russes, selon le tribunal Basmani de Moscou, qui a ordonné son placement en détention, selon son site.
Ce crime passible d’une lourde peine de prison a été défini en droit russe juste après que Vladimir Poutine a ordonné l’offensive contre l’Ukraine le 24 février dernier.

11H01 TU. 85.000 Ukrainiens en France après trois mois de guerre

Trois mois après le début de la guerre en Ukraine, 85.000 Ukrainiens bénéficient de l’allocation pour demandeurs d’asile (Ada) en France, selon  le patron de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) Didier Leschi.

08H28 TU. Un embargo de l’UE sur le pétrole russe possible « d’ici quelques jours », selon Berlin

Un embargo européen sur le pétrole russe est possible « d’ici quelques jours », selon le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck, alors que le sujet ne fait pour l’instant pas l’unanimité nécessaire au sein des Vingt-Sept. « Il n’y a plus que quelques États, surtout la Hongrie, qui ont signalé des problèmes. Mais les discussions se poursuivent et je pense que nous allons réussir une percée d’ici quelques jours. »

Les Européens ont déjà annoncé la fin des importations de charbon russe à partir d’août prochain. Mais un embargo sur le pétrole d’ici la fin de l’année est encore en cours de discussion.

04H14 TU. Situation extrêmement difficile dans le Donbass

Les Russes cherchent à y « éliminer tout ce qui est vivant », selon le président ukrainien.
Moscou concentre sa puissance de feu précisément sur le réduit ukrainien de la région de Lougansk, en essayant de cerner les villes de Severodonetsk et Lyssytchansk. Le ministère ukrainien de la Défense a aussi signalé de violents combats en cours à proximité de là, près des localités de Popasna et Bakhmout, ce qui dessine une stratégie d’encerclement.

À​ re(voir) : Bilan de 3 mois de guerre

00H00 TU. La guerre entre dans son quatrième mois

La guerre en Ukraine entre dans son quatrième mois, au moment où les troupes russes concentrent leur offensive sur la dernière poche de résistance de la région de Lougansk, dans le Donbass (est).
Après avoir éloigné les forces russes des deux plus grandes villes du pays, la capitale Kiev fin mars et début avril puis Kharkiv en mai, les Ukrainiens reconnaissent depuis quelques jours des « difficultés » dans le Donbass.

Des gens font la queue pour recevoir de la nourriture à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, le 23 mai 2022. 

Des gens font la queue pour recevoir de la nourriture à Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine, le 23 mai 2022.
AP Photo/Bernat Armangue.
Les prochaines semaines de guerre seront difficiles. Les occupants russes s’efforcent de montrer qu’ils n’abandonneront pas les zones occupées de la région de Kharkiv (nord-est), qu’ils ne rendront pas la région de Kherson (sud), les territoires occupés de la région de Zaporijjia (sud-est) et le Donbass (est). Ils avancent quelque part. Ils renforcent leurs positions ailleurs.

Volodymyr Zelensky dans son allocution télévisée quotidienne.

Les moments-clés de l’invasion russe de l’Ukraine :

– Début de l’invasion 
Le 24 février, le président Vladimir Poutine annonce une « opération militaire » pour défendre les « républiques » séparatistes du Donbass dans l’est ukrainien, dont il vient de reconnaître l’indépendance.
Les forces terrestres russes pénètrent sur le territoire ukrainien.
Le 26, l’armée russe reçoit l’ordre d’élargir son offensive.
L’Union européenne annonce l’achat et la livraison d’armes à l’Ukraine, une première. Les Occidentaux infligent à la Russie des sanctions économiques de plus en plus sévères.

– Premières négociations 
Le 28 février, Moscou et Kiev entament des pourparlers.
Vladimir Poutine exige la reconnaissance de la Crimée comme territoire russe, un « statut neutre » pour l’Ukraine et sa « dénazification ». Moscou veut depuis plusieurs mois la garantie que Kiev n’entrera jamais dans l’Otan.
Le 2 mars, des troupes russes parviennent à Kharkiv (nord), deuxième ville du pays. Au sud, Kherson, proche de la Crimée, tombe aux mains des Russes.
Le 8 mars, le président américain Joe Biden décrète un embargo sur le gaz et le pétrole russe.
Le 10, les dirigeants des 27 excluent une adhésion rapide de l’Ukraine à l’UE, réclamée par le président Volodymyr Zelensky, tout en ouvrant la porte à des liens plus étroits.

– Marioupol assiégée 
Le 21, Bruxelles dénonce « un crime de guerre majeur » à Marioupol, port stratégique sur la mer d’Azov.
Des dizaines de milliers d’habitants y sont bloqués. Une maternité, puis un théâtre où s’abritent des civils sont bombardés.
Le 24, l’Otan décide d’équiper l’Ukraine contre la menace chimique et nucléaire et renforce ses défenses sur son flanc oriental.
Le lendemain, Moscou annonce se concentrer sur « la libération du Donbass ».

– Horreur à Boutcha 
Le 2 avril, l’Ukraine annonce avoir repris le contrôle de la région de Kiev après le retrait des forces russes qui convergent vers l’Est et le Sud.
Dans plusieurs localités près de Kiev, dont Boutcha, la découverte de dizaines de cadavres provoque de vives réactions internationales.
Le 8, une frappe sur la gare de Kramatorsk (est) fait au moins 57 morts.

– Croiseur russe coulé 
Le 14, les Ukrainiens affirment avoir frappé avec des missiles le croiseur Moskva, navire amiral de la flotte russe en mer Noire. Selon Moscou, le bâtiment a coulé après un incendie provoqué par l’explosion de munitions.
Le 21, Vladimir Poutine revendique la prise de contrôle de Marioupol mais quelque 2.000 militaires ukrainiens, retranchés dans l’usine Azovstal avec un millier de civils, résistent toujours.
Le 27, l’armée ukrainienne reconnaît une avancée russe dans l’Est, avec la prise de plusieurs localités dans la région de Kharkiv et le Donbass.

– Candidatures à l’Otan 
Le 3 mai, forces russes et prorusses lancent un « puissant assaut » contre l’aciérie Azovstal.
Le 8, soixante personnes sont portées disparues après le bombardement dans la région de Lougansk d’une école.
Le 18, Suède et Finlande soumettent leurs demandes d’adhésion à l’Otan.
Le 19, le Congrès américain débloque 40 milliards de dollars pour soutenir l’effort de guerre ukrainien. Le lendemain, le G7 promet 19,8 milliards de dollars pour aider Kiev.

– Azovstal sous contrôle russe 
Le 20, Moscou annonce contrôler Azovstal. Selon Kiev, Marioupol est à 90% détruite et au moins 20.000 personnes y ont péri.
A l’Est, les villes de Severodonetsk et Lyssytchansk constituent la dernière poche de résistance ukrainienne dans la région de Lougansk.
Le 23, un soldat russe est condamné à Kiev à la prison à vie lors du premier procès pour crimes de guerre depuis le début de l’invasion.

Laisser un commentaire