A L uneACTUALITESinternationalPOLITIQUE

DIRECT. Guerre en Ukraine: l’Armée de Kiev a assuré avoir un « besoin aigu » d’équipements Militaires Pour faire face à l’Offensive Russe

Les combats se poursuivent dans l’est de l’Ukraine. Dans la nuit de vendredi à samedi, l’armée de Kiev a assuré avoir un « besoin aigu » d’équipements militaires pour faire face à l’offensive russe. Jake Sullivan, un proche conseiller du président américain Joe Biden, est en déplacement à Kiev.

Ce qu’il faut retenir ce samedi 5 novembre 2022 : 

– Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a tenu sa traditionnelle allocution nocturne. Il assure que l’assaut de la Russie s’est concentré cette semaine sur la région du Donbass, à l’est du pays.

– Le risque d’une attaque de la Russie en Ukraine depuis le sol bélarus continue d’inquiéter Kiev. Le dirigeant du Bélarus, allié de Moscou, n’a pour l’heure pas mobilisé de troupes officielles sur le conflit.

05h00 TU. Rencontre entre Sullivan et Zelensky à Kiev. 

Dans la capitale ukrainienne, Jake Sullivan a rencontré le président Volodymyr Zelensky et le ministre de la Défense Oleksiï Reznikov pour exprimer, selon la Maison Blanche, le « soutien inébranlable » de Washington face à l’invasion russe.

« La chose la plus importante que je suis venu dire aujourd’hui (…) c’est que les États-Unis vont être avec l’Ukraine aussi longtemps qu’il le faudra dans ce combat. Il n’y aura pas d’hésitation, pas de baisse, pas d’affaiblissement de notre soutien« , a assuré ce très proche conseiller du président américain Joe Biden devant les médias à Kiev.

À gauche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky. À droite, Jake Sullivan, un très proche conseiller du président américain Joe Biden. Les deux hommes se sont rencontrés à Kiev le 4 novembre 2022.

À gauche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky. À droite, Jake Sullivan, un très proche conseiller du président américain Joe Biden. Les deux hommes se sont rencontrés à Kiev le 4 novembre 2022.
AP/service de presse de la présidence ukrainienne

04h00 TU. Washington accuse Moscou de vouloir faire « geler » les civils ukrainiens. 

Les États-Unis ont accusé vendredi la Russie de vouloir faire « geler » la population ukrainienne cet hiver, faute de pouvoir l’emporter sur le champ de bataille. Ces accusations sont formulées au moment où Vladimir Poutine annonçait la poursuite du déplacement des habitants de la région méridionale de Kherson face à la pression de l’armée de Kiev.

03h29 TU. Dans le nord de l’Ukraine, la crainte d’une nouvelle attaque depuis le Bélarus.

Le 20 octobre, l’armée ukrainienne s’est alarmée de la « menace croissante » d’une nouvelle offensive russe depuis ce voisin du nord, allié de Moscou. Le Bélarus venait alors d’annoncer le déploiement sur son territoire d’une nouvelle force conjointe avec la Russie, comptant jusqu’à 9.000 soldats russes et environ 170 chars.

« Si tu veux la paix prépare la guerre« , avait dit le président bélarusse Alexandre Loukachenko, accusant l’Ukraine de préparer des « attaques » contre son pays. L’armée de Minsk n’a jusqu’à présent pas pris part aux combats en Ukraine.

Le président du Belarus Alexandre Loukachenko lors d'un exercice militaire dans la région de Borisov. Septembre 2017.

Le président du Belarus Alexandre Loukachenko lors d’un exercice militaire dans la région de Borisov. Septembre 2017.
AP

02h00 TU. L’Ukraine accuse la Russie de déporter des civils ukrainiens à l’est.

L’Ukraine a dénoncé vendredi une politique de « déportation » vers l’est de son territoire sous contrôle russe, voire vers la Russie elle-même, et a pris à témoin la communauté internationale.

Selon une déclaration du président Volodymyr Zelensky, les affrontements « les plus violents » se sont « concentrés cette semaine dans le Donbass, à Bakhmout et Soledar ».

01h00 TU. La communauté internationale continue de discuter avec Poutine. 

Le bloc occidental poursuit ses tractations pour tenter de contraindre Moscou à arrêter son offensive. À l’issue d’un déplacement à Pékin, le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé le président chinois Xi Jinping à user de « son influence » en ce sens sur le Kremlin.

À gauche, le chancelier allemand Olaf Scholz. À droite, le président de la Chine Xi Jinping. Les deux dirigeants se sont rencontrés à Pékin en Chine, le 4 novembre 2022.

À gauche, le chancelier allemand Olaf Scholz. À droite, le président de la Chine Xi Jinping. Les deux dirigeants se sont rencontrés à Pékin en Chine, le 4 novembre 2022.
AP/Kay Nietfeld

00h00 TU. Zelensky remercie les ministres du G7 pour leur soutien. 

Le groupe du G7, réuni vendredi en Allemagne, a affiché un front uni malgré quelques nuances sur la Chine en assurant son soutien « inébranlable » à l’Ukraine.

À l’issue de ce sommet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué les déclarations formulées. « Aujourd’hui nous avons eu une déclaration très importante venant des ministres du G7. Je veux tout spécialement remercier nos partenaires pour créer un mécanisme de coordination pour aider notre pays à se reconstruire« .

Laisser un commentaire