A L uneACTUALITESSports

PSG-Que vaut vraiment Ethan Mbappé, le frère de Kylian ?:« Il sera pro. Mais à quel niveau ? »

Surclassé avec les U17 du PSG, Ethan Mbappé (15 ans), le frère de Kylian, attire toutes les attentions à chaque fois qu’il se déplace. Quel est son niveau réel sur le rectangle vert ? Nous avons assisté à l’un de ses matches.

Des tribunes bondées, des mains courantes prises d’assaut. Chaque déplacement d’Ethan Mbappé avec l’équipe u17 du PSG ressemble à celui victorieux à Vitré (3-0), dimanche 17 avril. Souvent prisée des agents, recruteurs ou familles des joueurs, la venue du frère du champion du monde et phénomène laisse les tours de terrain des u17 du PSG à un public moins spécialisé, curieux de voir si le football français tient une nouvelle pépite.

À Vitré, il y avait plus de public que pour un match de l’équipe fanion en National 2. Chaque ballon touché est l’occasion pour ses « groupies » de scander son nom ou s’exclamer. Un garde du corps le protège de toutes sollicitations extérieures ne le quittant pas d’un mètre de la descente du bus à l’entrée sur le terrain. « C’est aussi l’effet PSG, explique Stéphane Royer, entraîneur des u17 d’Avranches (2-1, le 26 mars). Je ne sais pas si on s’en rend compte. Il n’a pas encore 16 ans. Il y a quelque chose qui m’embête là-dedans. Même si je pense qu’il est quand même bien encadré, il faut être costaud. Mais s’il craque à un moment, je ne serais pas surpris. »

« À une semaine près, il pourrait être u15 »

Stéphane Moreau, son entraîneur cette saison, nuance et est agréablement surpris par ses capacités mentales à résister à la pression qui l’entoure. « Il est très simple et humble. Il a une telle maturité et maîtrise sur l’évènement. C’est décalé par rapport à sa posture de joueur en formation. Mais il le gère très bien. »

Et sur le terrain, qu’est-ce que cela donne ? Ne voyons pas en Ethan Mbappé un copié-collé de son frère Kylian. Arrivé au PSG à l’âge de 11 ans en 2017, ce milieu de terrain sous contrat expirant en 2024 évolue le plus souvent cette saison dans un milieu à deux dans un rôle de sentinelle ou de relayeur (19 matches, 4 buts). Encore en pleine croissance et seulement âgé de 15 ans (il a fait ses débuts dans la catégorie à 14 ans), il doit une tête de moins à certains de ses coéquipiers et adversaires qui ont pour certains presque deux ans de plus.

Par conséquent, celui qui a connu pour la premiére fois la selection en Decembre 2021  à l’occasion d’un stage avec l’équipe de France u16 a tendance à ne pas aller au duel, ou avec le frein. D’autant qu’il n’est pas doté des qualités physiques hors normes de son frère. « Il ne faut pas oublier que c’est un fin d’année. À une semaine près, il pourrait être u15, rappelle Stéphane Moreau. Il a encore besoin de temps. Car pour aller avec les u19, c’est pour s’imposer. Il va y arriver. Peut-être qu’il lui faut encore un développement sur la maturité et le plan physique, car il a beaucoup grandi. Il va aussi s’étoffer. » Une fois sa croissance terminée, son volume de jeu devrait prendre une autre dimension.

« Je pense qu’il sera pro. Mais à quel niveau ? »

Dans le jeu, c’est un joueur qui ne s’embête pas de plus de trois ou quatre touches de balle. Il reçoit, distribue, toujours en s’orientant dans le sens du but. C’est propre et appliqué. « À la Fernando Redondo », s’amusent certains au jeu des comparaisons. On perçoit chez lui une véritable intelligence de jeu d’autant qu’il a, quand il ose prendre des initiatives offensives, une qualité de passes intéressantes.

« Il peut franchir des lignes par des passes et des dribbles, se souvient Stéphane Royer. Il décrochait pour faire le jeu, il dézonait. Lui savait se projeter dans l’intervalle. » Mais difficile de se faire un véritable avis face à de faibles oppositions. Le PSG est un mastodonte dans ce championnat u17. Les Titis parisiens dominent très largement le ballon à chaque match, s’opposent à des blocs bas et jouent rarement sous un gros pressing adverse. Ce qui laisse aux milieux parisiens tout le loisir de distribuer le jeu.

« Il a déjà la maîtrise sur trois mots essentiels sur un projet de formation : écouter, comprendre, faire. À partir de là, vous progressez. Il met en application tout ce qu’on peut lui proposer dans cette démarche-là », complète Stéphane Moreau, ancien formateur au Stade lavallois.

À l’écoute, il l’est beaucoup sur le terrain. De ses entraîneurs, mais aussi ses coéquipiers. Sa personnalité ne rejaillit pas (encore) sur le jeu de son équipe, quitte parfois à s’effacer. Cela s’explique aussi par son jeune âge. Il est le plus jeune joueur de son équipe. « Il faut qu’il soit confronté rapidement à ce niveau-là pour s’aguerrir », complète son entraîneur. En tout cas, il ne fait peu de doutes pour Stéphane Royer : « Je pense qu’il sera pro. Mais à quel niveau ? C’est encore trop tôt pour le dire. »

Laisser un commentaire