A L uneACTUALITES

Lancement du projet d’Identité Numérique Nationale pour « faciliter la capacité des systèmes d’information de l’Etat »

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie Sénégal Numérique 2025, le ministère de l’Économie Numérique et des Télécommunications (MENT), en partenariat avec le PNUD, a lancé officiellement ce vendredi 24 juin le projet d’Identité Numérique Nationale (INN). Ce, après plusieurs travaux d’échanges et de partages, sous la présence effective d’Achime Malick Ndiaye, directeur des TIC au ministère de l’Économie Numérique et des Télécommunications qui a présidé la cérémonie au nom du ministre Yankhoba Diatara qui a eu un empêchement.

L’identité numérique nationale qui vise « en 2024 au Sénégal, une Identité numérique opérationnelle, fiable, sécurisée et accessible, au profit des usagers », permet de faciliter la capacité des systèmes d’information de l’Etat et les échanges de données sur les personnes et les entreprises, afin de favoriser l’inclusion de tous les citoyens, réaliser les objectifs de développement durable, ainsi que la création de richesses.

Le budget qui est estimé à trois milliards deux cent vingt-cinq millions francs CFA (3 225 000 000 F CFA), prendra en compte l’inclusion de tous les citoyens afin de réaliser les objectifs de développement durable (ODD), ainsi que la création de richesses.

Inclusion des citoyens, développement durable et création de richesses

L’INN qui constitue l’un des débouchés du Projet d’Appui à la Gouvernance numérique (PAGNUM) a été mise en œuvre avec l’appui du PNUD. Il fait aussi partie des projets prioritaires de la Stratégie Nationale du Numérique à l’horizon 2025 (SN2025), calée par le Président Macky Sall dans le cadre du PSE en vue d’un numérique inclusif et créatrice de valeurs pour une meilleure qualité de vie des populations. En effet, « la SN2025 ambitionne de faire du numérique un moteur de développement économique et social à l’horizon 2025 », a déclaré Achime Malick Ndiaye.

Par ailleurs, pour faciliter l’accès du numérique aux populations, le ministère des Télécommunications a mis en œuvre la Stratégie « Sénégal Numérique 2025 » (SN2025), arrimée au Plan Sénégal Émergent (PSE) depuis 2016. Suite à cela, il était sorti comme recommandation phare « la mise en place d’un identifiant numérique unique ». C’est dans ce contexte que le MENT a décidé de mettre en place le projet Inn pour favoriser les échanges de données sur les personnes ainsi que les entreprises et l’inclusion des citoyens visant le développement durable et la création de richesses.

« L’Inn s’appuie sur la souveraineté nationale des données numériques et englobera les technologies de pointe comme l’intelligence artificielle ou les objets connectés. Grâce à l’accompagnement du PNUD, et l’ensemble des parties prenantes, la vision retenue pour l’identité numérique nationale est : en 2024, au Sénégal, une identité numérique opérationnelle, fiable, sécurisée et accessible au profit des usagers. Les différents ateliers tenus jusqu’à présent ont permis l’élaboration d’un plan d’actions dont le budget est estimé à trois milliards deux cent vingt-cinq millions francs CFA (3 225 000 000 F CFA) et qui est constitué de 28 réformes et 69 projets », affirme le directeur des TIC au ministère de l’Économie Numérique et des Télécommunications.

Tout sera fait numériquement

Si l’on se rapporte aux dires du directeur, les enjeux principaux de l’INN sont « de cerner les contours d’une identité numérique unique qui englobera les technologies de pointe et respectera la souveraineté des parties prenantes publics comme privées, d’élucider les domaines d’interventions essentiels du projet à savoir : le modèle de gouvernance, les approches pour faciliter l’adoption, le modèle architectural, et le modèle de pérennité du projet et de permettre aux citoyens d’avoir un identifiant numérique unique pour accéder aux systèmes d’informations et plateformes de l’Etat et d’échanger avec les secteurs privé et public ».

Poursuivant, il soutient que la validation dudit rapport permettra « une meilleure appropriation de l’étude par les acteurs de l’écosystème et les usagers, et sa mise en œuvre va contribuer à l’accélération de la numérisation et la modernisation de l’administration sénégalaise avec l’interopérabilité des différents systèmes d’informations de l’Etat et l’utilisation de guichets uniques pour faciliter les démarches administratives aux populations ».

 

Laisser un commentaire