A L uneACTUALITESinternationalPOLITIQUE

DIRECT – Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky limoge deux hauts responsables, bombardements près de Donetsk

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a limogé dimanche soir la procureure générale et le chef des services de sécurité du pays en raison de soupçons de trahison de certains de leurs subordonnés au profit des Russes. L’Union européenne se réunit aujourd’hui pour renforcer les sanctions contre Moscou.

Lundi 18 juillet

9H15 TU. Six morts dans un bombardement russe à Toretsk

Six personnes ont été tuées dans un bombardement russe à Toretsk, ville du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, a annoncé lundi le service d’Etat ukrainien des Situations d’urgence. « Un immeuble a été détruit par un obus à Toretsk bombardée dans la matinée. Les sauveteurs ont récupéré cinq corps. Trois personnes ont été dégagées des décombres dont une est décédée à l’hôpital« , précise un communiqué des autorités.

8H30 TU. La ville de Mykolaïv à nouveau bombardée
Dans la nuit de dimanche à lundi, des frappes ont visé Mykolaïv, ville du sud proche de la mer Noire, et des villages de la région, selon Vitaliy Kim, le gouverneur local.

Le maire, Oleksandr Senkevych, s’est exprimé via la messagerie cryptée Telegram : « Encore un bombardement massif de Mykolaïv. On entend de puissantes explosions. Environ 10 ont été entendues jusqu’à présent« .

7H55 TU. H&M va se désengager de Russie

Le géant de l’habillement Hennes & Mauritz (H&M), qui avait déjà suspendu ses ventes en Russie depuis mars, a annoncé lundi qu’il allait se désengager progressivement de ce pays, où il emploie 6 000 personnes, en raison de l’invasion de l’Ukraine.

Le logo du fabricant de vêtements « H&M », à Berlin, en 2022.

Le logo du fabricant de vêtements « H&M », à Berlin, en 2022.
AP/Michael Sohn

7H35 TU. La reprise des exportations de céréales d’Ukraine est « une question de vie ou de mort » pour le chef de la diplomatie européenne

La reprise des exportations de céréales depuis l’Ukraine est une « question de vie ou de mort » a déclaré lundi matin le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. Il a également partagé « l’espoir » qu’un accord soit trouvé cette semaine pour débloquer le port d’Odessa.
« La vie de (…) dizaines de milliers de personnes dépend de cet accord » en train d’être négocié entre la Russie, l’Ukraine, la Turquie et les Nations Unies, a-t-il expliqué à son arrivée à Bruxelles pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE consacrée aux sanctions liées à la guerre en Ukraine.

7H30 TU. La décision canadienne sur les turbines de Nord Stream contestée par l’Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti dimanche soir, dans un entretien téléphonique avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau, que les Ukrainiens n’accepteraient jamais la décision canadienne de renvoyer des turbines en Allemagne « en violation du régime de sanctions » contre la Russie.

Il s’agissait du premier entretien entre les deux dirigeants depuis la décision canadienne, la semaine dernière, de permettre le retour en Europe de turbines réparées au Canada et destinées au gazoduc russe Nord Stream.

Ottawa justifie sa décision, qui exempte ces turbines réparées au Canada des sanctions économiques imposées à la Russie, par la nécessité de ne pas compromettre l’approvisionnement énergétique de l’Europe.


6H30 TU. En Russie, la journaliste ayant critiqué l’offensive en Ukraine à la télévision interpellée puis relâchée

La journaliste russe Marina Ovsiannikova, devenue célèbre après son irruption en direct à la télévision avec une pancarte critiquant l’offensive de Moscou en Ukraine, a indiqué lundi matin avoir été relâchée quelques heures après son interpellation.

Selon son avocat, elle a été interpellée car elle est soupçonnée d’avoir « discrédité » l’armée lors d’une prise de parole devant un tribunal de Moscou où elle s’était rendue la semaine dernière pour soutenir un opposant, Ilia Iachine, écroué pour avoir critiqué l’offensive russe en Ukraine. Ce chef d’accusation, introduit après le lancement de l’intervention militaire, est passible d’une lourde peine d’emprisonnement. Pour l’heure, les autorités n’ont pas annoncé l’ouverture d’une enquête pénale contre la journaliste.

Cette brève interpellation intervient également quelques jours après que Marina Ovsiannikova a manifesté seule près du Kremlin en brandissant une pancarte critiquant l’intervention militaire en Ukraine et le président Vladimir Poutine.

6H TU. Volodymyr Zelensky limoge la procureure générale et le chef de la sécurité

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé dimanche soir le limogeage de la procureure générale et du chef des services de sécurité du pays en raison de multiples soupçons de trahison de certains de leurs subordonnés au profit des Russes.

« Aujourd’hui, j’ai pris la décision de relever de leurs fonctions la procureure générale (Iryna Venediktova) et le chef des services de sécurité (Ivan Bakanov) », a déclaré le président ukrainien dans son adresse du soir. Les autorités ukrainiennes enquêtent sur plus de 650 cas de soupçons de trahison de responsables locaux, dont 60 dans les zones occupées par les forces russes et pro russes.

Laisser un commentaire